Cinq infos dans le rétro: France 2025, Bocuse et le cannabis

ACTU Vous n'aviez pas le temps de nous lire ce week-end? Voici notre séance de rattrapage en cinq points...

L.B.
— 
Paul Bocuse dans son restaurant de Collonge aux Monts d'Or, le 20 septembre 2015.
Paul Bocuse dans son restaurant de Collonge aux Monts d'Or, le 20 septembre 2015. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES
  • Paul Bocuse est décédé à l'âge de 91 ans.
  • La Turquie a lancé une nouvelle offensive contre la milice kurde en Syrie qui déplaît à la communauté internationale.
  • Des centaines de milliers d'opposants ont manifesté contre Trump aux Etats-Unis et en Europe.
  • La France a retiré sa candidature à l'Expo universelle.

Avec toutes ces belles choses qui se sont passées ce week-end entre vous et votre parapluie, on comprend aisément que vous n’ayez pas eu la tête à l’actu. Voici donc notre rattrapage en cinq points…

1. Le décès de Paul Bocuse

Le « pape » de la gastronomie française Paul Bocuse s’est éteint ce samedi à 91 ans dans son auberge de Collonges-au-Mont-d’Or, près de Lyon. Elu « cuisinier du siècle » en 1989, Monsieur Paul souffrait depuis plusieurs années de la maladie de Parkinson. Un grand nombre de people, de cuisiniers et d’hommes politiques lui ont rendu hommage ce week-end. « Son nom seul résumait la gastronomie française dans sa générosité, son respect des traditions mais aussi son inventivité », a ainsi déclaré Emmanuel Macron.

L’info en plus : Le chef était connu dans le monde entier. L’homme, lui, était plus discret. Portrait du  « primat des gueules ».

2. Offensive turque en Syrie

En envoyant dimanche des soldats dans le nord de la Syrie, la Turquie n’a pas seulement lancé une nouvelle phase dans son offensive contre une milice kurde. Elle a également déclenché une avalanche de réactions dans le monde entier. Washington a appelé dimanche la Turquie à « faire preuve de retenue ». La France a demandé une réunion urgente au Conseil de sécurité de l’ONU. De son côté, le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé que quiconque manifesterait en Turquie contre l’offensive « paierait un prix très élevé ».

L’info en plus : Alors que Daesh a perdu l’immense partie du territoire qu’il contrôlait en Syrie, de nombreux djihadistes français sont interpellés sur place, notamment par les forces kurdes. Jean-Charles Brisard, président du Centre d’analyse du terrorisme nous expliquait il y a quelques jours quel sort les attend.

3. Un an de Trump

Il y a un an, une grande « Marche des femmes » venait répondre à l’investiture la veille de Donald Trump. Cette année, ce sont encore des centaines de milliers de personnes qui ont manifesté leur rejet du président américain, à New York, Washington et dans de nombreuses villes américaines. La plus grande manifestation a réuni 500.000 personnes à Los Angeles. L’Europe n’était pas en reste. Des rassemblements anti-Trump se sont également tenus dans plusieurs grandes villes, notamment à Paris ou une centaine de personnes s’est réunie sous la pluie, place du Trocadéro.

L’info en plus : Pour ce premier anniversaire présidentiel outre-Atlantique, nous vous proposons un top 10 des fake news les plus marquantes du mandat Trump et un bilan de son action internationale sobrement intitulé « Un joyeux bordel ». C’est cadeau…

4. France 2025, c'est terminé

Il n’y aura pas de passe de trois. Après la Coupe du monde de rugby 2023 et les JO 2024 à Paris, la France aurait pu remettre le couvert en 2025 grâce à l’Exposition Universelle. Ce ne sera pas le cas puisque la candidature tricolore à l’organisation de cet événement planétaire vient d'être retirée. Le Premier ministre, qui a annoncé le retrait, pointe du doigt les faiblesses économiques du projet et les risques pour les finances de l’Etat. Les promoteurs du projet ne décolèrent pas.

L’info en plus : Quel est le vrai motif de cet abandon ? Les pro-Expo ont une autre théorie et elle n’est pas rassurante pour les Franciliens…

5. Le cannabis à l'amende

Une amende de 150 à 200 euros plutôt que de la prison pour les consommateurs de cannabis ? C’est ce que recommande la mission d’information de l’Assemblée nationale sur l’usage des stupéfiants, dans un rapport qui a filtré ce dimanche et sera rendu public mercredi. « La proposition parlementaire pourrait permettre à Emmanuel Macron de trouver une forme d’entre-deux sur ce sujet explosif. Symboliquement, il ne s’agit pas d’une dépénalisation au sens strict mais une manière de changer les sanctions pour plus d’efficacité », nous explique Stéphane Rozès.

L’info en plus : Il y a trois semaines, nous vous emmenions en Californie où la légalisation du cannabis a engendré une véritable ruée sur les dispensaires. Le marché pourrait atteindre plus de cinq milliards de dollars cette année rien que dans cet état, selon l’estimation du cabinet d’analyse spécialisé GreenWave Advisors.