Fessenheim: Le secrétaire d’Etat Sébastien Lecornu a discrètement visité le site de la centrale nucléaire

NUCLEAIRE Accompagné du maire de Fessenheim, il a fait plusieurs étapes, « notamment à la salle des machines »…

H. B. avec AFP

— 

La centrale nucléaire de Fessenheim.
La centrale nucléaire de Fessenheim. — G. VARELA / 20 MINUTES

La visite a duré « toute la matinée, jusqu’au déjeuner ». Le secrétaire d’Etat auprès du ministre écologique et solidaire, Sébastien Lecornu, s’est rendu samedi matin à la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), au terme d’un déplacement de trois jours consacré à la fermeture du site fin 2018 ou en 2019. « Le sens de sa visite est d’avoir un échange sur la situation de la centrale et d’une manière globale sur la politique énergétique du pays », a indiqué son entourage.

Sébastien Lecornu est arrivé à la centrale vers 8 heures et « a fait plusieurs étapes, notamment à la salle des machines et d’autres installations », accompagné du maire de Fessenheim, Claude Brender, de la présidente du conseil départemental du Haut-Rhin, Brigitte Klinkert, et du député (LR) de la circonscription, Raphaël Schellenberger, a précisé cette même source.

« La centrale fermera, j’assume cette décision »

Le secrétaire d’Etat avait installé ce vendredi à la préfecture de Colmar le comité de pilotage sur la reconversion du site nucléaire de Fessenheim, la doyenne du parc français qui doit fermer fin 2018 ou en 2019. «  La centrale fermera, j’assume cette décision, (…) Je ne viens pas avec un chèque, mais je ne viens pas les mains vides. Il s’agit de construire un projet pour le territoire qui soit exemplaire », avait assuré le secrétaire d’Etat lors de l’inauguration du comité.

>> A lire aussi : Une fois la centrale fermée, quel avenir pour le site ?

« C’était utile qu’il vienne quand même pour se rendre compte de l’installation, que ce n’est pas une vieille installation. Elle est encore tout à fait en capacité de fonctionner de longues années », a réagi samedi auprès le maire de Fessenheim, Claude Brender. « C’est un véritable gâchis industriel », a-t-il regretté. Le site emploie directement 850 salariés d’EDF et 330 salariés permanents d’entreprises prestataires, sans compter les 2.000 emplois indirects et induits.