Rouen: Des associations encouragent les habitants à héberger des migrants sans logement

SOLIDARITÉ Des associations de Seine-Maritime en appellent à la générosité des habitants via les réseaux sociaux…

20 Minutes avec agence

— 

Deux migrants marchent sur le bord de la route après l'évacuation d'un campement sauvage près de Grande-Synthe en septembre 2017.
Deux migrants marchent sur le bord de la route après l'évacuation d'un campement sauvage près de Grande-Synthe en septembre 2017. — DENIS CHARLET / AFP

En début de semaine, les collectifs Réseau de solidarité avec les migrants, ASTI Petit-Quevilly, les Amigrants de Rouen, Solidarité HDR et Médecins du Monde ont lancé un appel commun aux habitants de Rouen.

>> A lire aussi : «Exit West», une fuite vers l'Occident qui n'est pas tout à fait un conte de fées

Ils leur demandent d’offrir un toit pour la nuit aux personnes à la rue, notamment des migrants qui souffrent de l’hiver très froid, rapporte Normandie Actu.

« Le 115 est souvent saturé »

Ils ont lancé ce 15 janvier un appel commun à hébergement citoyen. « Ça peut paraître difficile d’accueillir un inconnu chez soi mais pour l’avoir fait, c’est une expérience extrêmement enrichissante. C’est quelque chose qu’on partage et qui change une vie », estime Florence Capron, du Réseau de solidarité avec les migrants - Rouen.

« Depuis cet automne, nous sommes confrontés à une demande importante. Le 115 est souvent saturé », ajoute-t-elle. Son collectif et d’autres associations de la région ont donc décidé de mutualiser leurs réseaux.

La préfète sur la retenue

L’appel demande aux Rouennais d’offrir un toit et une douche à un ou plusieurs migrants pour une ou plusieurs nuits, en expliquant : « Une nuit, c’est déjà beaucoup ! Cela permet de reprendre pied, de ne pas désespérer. Parfois, c’est la nuit qui manque entre deux hébergements. »

La préfète de la région Normandie, Fabienne Buccio, a émis quelques réserves sur cette initiative : « Je peux comprendre. C’est bien d’être généreux, mais il faut être réaliste : toutes ces personnes sont entre les mains de filières. Les filières le savent. Cela crée une attraction. »

>> A lire aussi : Londres va augmenter de 44,5 millions de livres sa contribution à Calais

Les associations ont aussi lancé un appel aux dons pour récolter produits alimentaires (thé, café, chocolat, sucre, lait, pâtes, riz, etc.), produits d’hygiène (shampoing, gel douche, dentifrice, etc.), produits d’entretien et vêtements chauds.