Accident à Millas: L'enquête accable la conductrice du car scolaire

COLLISION « Les barrières étaient fermées », affirment plusieurs témoignages…

D. D.

— 

La douleur est toujours aussi vives pour les familles et les proches des 6 enfants décédés dans la collision entre un bus scolaire et un TGV à Millas le 21 décembre dernier.
La douleur est toujours aussi vives pour les familles et les proches des 6 enfants décédés dans la collision entre un bus scolaire et un TGV à Millas le 21 décembre dernier. — Pascal RODRIGUEZ/SIPA

Les enquêteurs tentent toujours de reconstituer la chronologie exacte de l’accident de Millas qui a coûté la vie à huit adolescents le 14 décembre dernier. Plusieurs témoignages accablants pour la conductrice du bus qui a percuté un train express régional (TER) à un passage à niveau dans les Pyrénées-Orientales ont été consignés par les enquêteurs, selon France Bleu Roussillon.

« Les barrières étaient fermées au moment de la collision »

« Deux témoins, qui se trouvaient en voiture de l’autre côté du passage à niveau le jour du drame, ont ainsi affirmé aux gendarmes que les barrières étaient fermées au moment de la collision », explique le site d’informations locales, qui a eu accès au rapport d’enquête.

>> A lire aussi : VIDÉO. Accident à Millas : Assise au premier rang, une collégienne assure que la barrière était baissée

« Le bus a forcé le passage à niveau alors qu’il était fermé, le signal lumineux rouge était actif », selon l’une des deux personnes interrogées par les enquêteurs. Un autre témoin a donné la même version, rejoignant ainsi celles du conducteur du TER et de sa stagiaire, ainsi que ceux de deux collégiens à l’intérieur du car. La conductrice du bus continue de nier que les barrières du passage à niveau étaient levées : « Il n’y avait rien ce jour-là, ni voyant ni barrière. »