Latifa Ibn Ziaten, mère de la première victime de Merah, en lice pour le prix Nobel de la Paix

SOCIETE Une association lyonnaise a proposé pour le prix Nobel de la Paix la candidature de Latifa Ibn Ziaten, mère de la première victime de Mohamed Merah…

Beatrice Colin

— 

Toulouse, le 6 décembre 2012. La mère d?Ibn Ziaten, Latifa, un des militaires tués par Merah. Elle est à Toulouse pour son association, durant deux jours elle va se rendre dans un lycée et dans les quartiers pour livrer la bonne parole.
Toulouse, le 6 décembre 2012. La mère d?Ibn Ziaten, Latifa, un des militaires tués par Merah. Elle est à Toulouse pour son association, durant deux jours elle va se rendre dans un lycée et dans les quartiers pour livrer la bonne parole. — Fred.Scheiber

Le 11 mars 2012, son fils tombait sous les balles de Mohamed Merah, dont le périple mortifère venait de débuter. Depuis ce jour tragique, Latifa Ibn Ziaten ne cesse de sillonner la France, mais aussi le monde, pour aller à la rencontre des jeunes, dans les collèges, les lycées, les quartiers, et leur parler du danger des extrémismes et de la radicalisation.

L’association lyonnaise L'Hospitalité d'Abraham, présidée par le père Christian Delorme, engagé depuis de nombreuses années sur le dialogue interreligieux et lauréat du prix de la Fraternité il y a deux ans, a décidé de proposer sa candidature au  Prix Nobel de la Paix 2018.

« Un visage de l’Europe plurielle »

« Latifa Ibn Ziaten incarne paisiblement et fraternellement un des nouveaux visages de l’Europe, l’Europe plurielle, multi ethnique et pluri-religieuse. Elle témoigne que l’on peut être complètement la citoyenne d’un pays européen, et complètement la fille de son peuple d’origine. Etre attachée autant à la laïcité de la République française et aux institutions démocratiques européennes qu’à sa foi musulmane », explique l’association sur le site qu’elle a lancé pour soutenir cette candidature.

>> A lire aussi : Latifa Ibn Ziaten, mère d'une victime de Merah, primée par la Fondation Chirac

Un an après la mort de son fils, Latifa Ibn Ziaten a décidé de créer l'association Imad Ibn Ziaten pour la jeunesse et pour la paix qui oeuvre auprès des jeunes à la recherche d’un but. Après avoir reçu le prix 2015 de la Fondation Chirac pour la prévention des conflits, elle a été faite la même année chevalier de la Légion d’honneur pour son travail de terrain.