Notre-Dame-des-Landes: Les Français approuvent massivement l'abandon du projet, selon un sondage

AEROPORT Près des trois quarts des Français interrogés soutiennent la décision du gouvernement, selon un sondage commandé par BFM...

20 Minutes avec AFP

— 

Un militant montre son opposition au transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes par une pancarte, le 13 juin 2016 à Notre-Dame-des-Landes
Un militant montre son opposition au transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes par une pancarte, le 13 juin 2016 à Notre-Dame-des-Landes — LOIC VENANCE AFP

Près de trois quarts des Français (74 %) approuvent la décision du gouvernement d'abandonner le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, selon un sondage Elabe pour BFMTV réalisé mercredi après l’annonce de cette décision. Quelque 26 % des Français interrogés expriment leur opposition à cette décision.

>> A lire aussi : Notre-Dame-des-Landes : Les cinq questions que pose l’abandon du projet d’aéroport

Selon leur vote à la présidentielle, les électeurs de Benoît Hamon (82 %), de Jean-Luc Mélenchon (80 %), d’Emmanuel Macron (75 %) et de Marine Le Pen (72 %) soutiennent largement l’annonce du Premier ministre Edouard Philippe. Les électeurs de François Fillon sont légèrement moins nombreux à l’approuver (63 %).

Soutien à l’évacuation de la ZAD

Plus des trois quarts des Français (76 %) approuvent aussi «l'évacuation» éventuelle des occupants de la zone où devait être construit l’aéroport, contre 23 % qui la désapprouvent.

Selon leur vote à la présidentielle, les électeurs de François Fillon soutiennent largement cette décision (94 %), tout comme les électeurs d’Emmanuel Macron (89 %), suivis par ceux de Marine Le Pen (75 %) et Benoît Hamon (73 %). Les électeurs de Jean-Luc Mélenchon sont moins nombreux à l’approuver (64 %).

>> A lire aussi : Notre-Dame-des-Landes: Sur la ZAD, les opposants savourent «un rendez-vous avec l’Histoire»

Quelque 58 % des Français jugent que le gouvernement « a fait preuve de courage en tranchant cette question », mais à l’inverse, 42 % pensent qu’il a « renoncé et cédé aux opposants du projet ».

Ce sondage a été réalisé mercredi par internet auprès de 1.000 personnes représentatives de la population âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Sur cet échantillon total il comporte une marge d’erreur de 1,4 à 3,1 points.