Notre-Dame-des-Landes: Les expulsions commenceront le 30 mars si nécessaire

AEROPORT Les routes doivent, elles, être évacuées « d’ici la fin de la semaine », a indiqué ce jeudi le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb...

J.U. avec AFP
— 
La ZAD de Notre-Dame-des-Landes le 16 01 2018.//SALOM-GOMIS_zad044/Credit:SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA/1801161938
La ZAD de Notre-Dame-des-Landes le 16 01 2018.//SALOM-GOMIS_zad044/Credit:SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA/1801161938 — SIPA

Des précisions après la première annonce de ce mercredi midi. L’expulsion des occupants illégaux de la zone où devait se construire l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, auquel le gouvernement a renoncé, commencera le 30 mars s’ils ne sont pas partis d’ici là.

>> A lire aussi : Notre-Dame-des-Landes: Sur la ZAD, les opposants savourent «un rendez-vous avec l’Histoire»

C’est ce qu’a déclaré le Premier ministre Edouard Philippe, ce mercredi soir au journal de TF1.

« La discussion et la négociation » plutôt que par la force.

« Nous devons, si nous voulons respecter la loi, respecter la trêve hivernale. La trêve hivernale ça se termine le 30 mars. Nous pourrons constater le départ volontaire des occupants le 30 mars. Et si tel n’est pas le cas, nous commencerons à procéder aux expulsions », a déclaré le chef du gouvernement.

Les routes d’accès à Notre-Dame-des Landes seront, elles, libérées « d’ici la fin de la semaine prochaine », a déclaré le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb ce jeudi matin. Il souhaite que cela se fasse « par la discussion et la négociation » plutôt que par la force.

« Route des chicanes »

La menace d’évacuation de la zone imminente, redoutée alors que d'importants moyens de gendarmerie et de police autour de la zone, s’éloigne donc, estiment les opposants. Les acteurs du mouvement anti-aéroport devront cependant se mettre d’accord quant à la libération, ou non, de la fameuse « route des chicanes ».

En tout cas, ils ont d’ores et déjà exprimé leur « refus de toute expulsion de celles et ceux qui sont venus habiter ces dernières années dans le bocage pour le défendre, et qui souhaitent continuer à y vivre ainsi qu’à en prendre en soin ».