Toulouse: Un jeune qui voyage en fauteuil roulant attaque (encore) la SNCF pour discrimination

SOCIETE Devenu « phobique du train » à force de voyager dans des « conditions indignes », Kévin, un jeune toulousain en fauteuil roulant, poursuit son combat. Il a assigné la SNCF en justice…

Helene Menal

— 

Une personne en fauteuil roulant. Illustration
Une personne en fauteuil roulant. Illustration — V. WARTNER / 20 MINUTES
  • Kévin, un Toulousain de 26 ans en fauteuil roulant, estime « indignes », les conditions dans lesquelles il voyage en train.
  • Il attaque pour la deuxième fois la SNCF en justice devant le tribunal de grande instance de Toulouse.
  • La SNCF juge ses demandes « fantaisistes ».

Des portes de toilettes plus étroites que son fauteuil, des boutons d’assistance désactivés pour plus de tranquillité, des voyageurs qui l’enjambent parce qu’il est au milieu du passage… Kévin Fermine, un Toulousain handicapé de 26 ans, pourrait allonger sans fin la liste de ses galères en train.

>> A lire aussi : Toulouse: Impossible de sortir sur sa terrasse, une locataire handicapée saisit la justice

Ce militant associatif engagé est arrivé à saturation il y a un an. « Touché dans [sa] dignité » et lassé de recevoir des réponses types à ses mails de récrimination, il a engagé une procédure pour discrimination contre la SNCF devant le tribunal administratif de Toulouse.

Nouvelle procédure

Cette première procédure n’a pas abouti pour des raisons de compétences de la juridiction. Mais Kévin n’a pas abandonné pour autant. « J’ai l’impression que mon combat a libéré une certaine parole, les affaires se multiplient », confie le jeune homme qui désormais attaque la SNCF devant le tribunal de grande instance.

La date de l’audience n’est pas encore fixée, mais Kévin et son avocat ont reçu « le mémoire en défense » de la SNCF. « Elle y indique que mes demandes sont fantaisistes et veut que je sois condamné à payer les frais de justice », annonce Kévin, assez vexé. En attendant la décision du tribunal, il continue à dénoncer « un laxisme dans la mise aux normes d’accessibilité ». A un point qu’il est presque dégoûté. « Je suis devenu un phobique du train, raconte-t-il. Je voyage beaucoup moins ou je m’arrange autrement ».

La SNCF ne souhaite pas commenter une affaire en cours mais elle indique que son schéma de mise en accessibilité est « totalement transparent ». Les nouvelles rames « Océane » qui circulent entre Toulouse​ et Paris disposent de toilettes aux normes. Mais à condition de voyager dans la première voiture et donc de se faire surclasser en 1re. Les nouvelles rames Régiolis à deux étages sont elles aussi équipées, mais, là encore, par sur toute leur longueur.