Pourquoi les mariages de personnes de même sexe sont-ils en perte de vitesse?

FAMILLE Depuis 2015, le nombre d’unions de couples gays devant le maire décline…

Delphine Bancaud

— 

Un couple de femme lors d'une manifestation contre la Manif pour tous en 2016.
Un couple de femme lors d'une manifestation contre la Manif pour tous en 2016. — FRANCOIS GUILLOT / AFP
  • Il y a eu un pic de mariages en 2014.
  • Mais depuis 2015, ils déclinent.
  • En revanche, le nombre de pacs de couples homosexuels augmente ces dernières années.

C’est un droit obtenu après une longue lutte, mais il est peu utilisé au final. Depuis la loi de mai 2013, les couples de même sexe peuvent se passer la bague au doigt. Mais force est de constater que le mariage de personnes de même sexe décline. Selon le bilan démographique de la France révélé par l’Insee ce mardi, 7.000 mariages de couples homosexuels ont été conclus en 2017. Ils étaient 7.113 en 2016, 7.751 en 2015 et 10.522 en 2014.

Mais il y a désormais autant de  mariage de couples de femmes que de couples d’hommes. Alors qu’en 2013, année de promulgation de la loi sur le mariage pour tous, les femmes représentaient 42 % des mariages de couples de même sexe.

Le pic a eu lieu en 2014

Une tendance à la baisse qu’explique Marie Reynaud, cheffe des études démographiques et sociales à l’Insee : « L’ouverture en 2013 du mariage aux conjoints de même sexe a entraîné un effet de rattrapage pour légaliser les unions qui auraient été contractualisées par un mariage plus tôt si cela avait été possible. D’où le pic de mariages en 2014 ». « Les couples homosexuels voulaient être considérés de la même manière que les autres. Ils voulaient avoir le droit de se marier, mais n’avaient pas forcément envie de se marier », complète Laurent Toulemon, chercheur à l’Ined.

Mais cette perte de vitesse du mariage des couples de même sexe ne signifie pas pour autant une moindre envie pour ces derniers de contractualiser leur union. Car parallèlement, le nombre de Pacs conclus entre personnes de même sexe a augmenté ces dernières années. On en dénombrait en effet 6.083 en 2013, 6.262 en 2014 et 7.000 en 2016. « Certains couples de même sexe rejettent la symbolique du mariage et préfèrent aller vers un Pacs. Leur motivation pour se pacser est d’officialiser leur union, de bénéficier d’avantages fiscaux et de garanties plus solides pour acheter un bien immobilier », souligne Laurent Toulemon. Quant à savoir si la chute des mariages entre personnes du même sexe va se poursuivre, Marie Reynaud penche plutôt pour une « stabilisation des chiffres les prochaines années ».