Les infos immanquables du jour: Souffrances psychiques au travail, «maison de l’horreur» en Californie et barrière de Millas

INFOS  Ce qu'il ne fallait pas manquer dans l'actualité de ce mardi 16 janvier…

Claire Planchard

— 

A Millas, un bus scolaire a percuté un train sur un passage à niveau.
A Millas, un bus scolaire a percuté un train sur un passage à niveau. — N. Bonzom / Maxele Presse

Que vous habitiez à Montesson (Yvelines) ou Gif-sur-Yvette (Essonne), voici venu le temps de votre sélection d’actu quotidienne.

L’article le plus lu du jour : Californie: 13 frères et sœurs découverts enchaînés et affamés, les parents arrêtés

Une véritable « maison de l’horreur ». Ce mardi, la police californienne a découvert 13 enfants, âgés de 2 à 29 ans, retenus dans des conditions abominables au domicile de leurs parents, dans le quartier résidentiel de Perris, au milieu du désert, entre Los Angeles et Palm Springs. Soupçonnés de « torture » et de « mise en danger de la vie d’enfants », les parents, David et Anna Turpin, ont été arrêtés et placés en détention provisoire par le shérif du comté de Riverside. Deux cautions de 9 millions de dollars ont été imposées. Leur histoire est à retrouver par ici. Et le point sur les derniers éléments de l'enquête est par là.

L’article le plus partagé du jour : Accident à Millas: Assise au premier rang, une collégienne assure que la barrière était baissée

Un nouveau témoignage sème le doute dans l’enquête sur la collision mortelle entre un bus scolaire et un train survenue le 14 décembre au passage à niveau de Millas. Alors que la conductrice du bus assure qu'il n’y avait ni barrière, ni signal avertissant de l’arrivée du train, une collégienne rescapée de l’accident livre une toute autre version : dans un témoignage diffusé ce mardi par BFMTV l’adolescente assise au premier rang du car assure que la barrière était baissée quand le véhicule s’est engagé sur le passage à niveau.

L’article de la rédaction du jour : Reconnaissance des souffrances psychiques au travail: «Les salariés se sont simplement emparés de leurs droits»

Ce mardi, l’Assurance maladie a rendu publique une étude inédite sur la reconnaissance des souffrances psychiques au travail. Dépression, troubles anxieux, état de stress post-traumatique… en 2016, la branche accidents du travail et maladie professionnelle de l’institution a reconnu plus de 10.000 affections psychiques au titre des accidents du travail tandis que depuis 2012, les demandes de reconnaissance de maladies psychiques ont été multipliées par cinq. Plusieurs spécialistes expliquent à 20 Minutes les raisons de cette forte augmentation.