EN DIRECT. Abandon de Notre-Dame-des-Landes: Revivez la journée où le projet d'aéroport a été enterré

LIVE Suivez l'annonce d'Edouard Philippe et les réactions concernant l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes...

Frédéric Brenon

— 

Manifestation contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.
Manifestation contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. — S.Salom-Gomis/Sipa

L’ESSENTIEL

  • Edouard Philippe a annoncé ce mercredi midi l'abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, au nord de Nantes.
  • Il s’agit de l’épilogue d’un projet vieux de 50 ans, déclaré d’utilité publique en 2008, qui divise l’opinion publique.
  • Il n'y aura pas d'évacuation de la ZAD avant le 30 mars.

A LIRE AUSSI

>> Les cinq sujets qui fâchent à la loupe

>> Vinci assure que l'Etat n'a pas tenté d'annuler le contrat de construction de l'aéroport

>> La Zad «sera évacuée des éléments les plus radicaux»

 

>>> C'est la fin de ce live. Bonne soirée à tous.

 

20h32: Premières expulsions sur la ZAD à partir du 30 mars. Si nécessaire. « Nous devons, si nous voulons respecter la loi, respecter la trêve hivernale, explique Edouard Philippe. La trêve hivernale ça se termine le 30 mars. Nous pourrons constater le départ volontaire des occupants le 30 mars. Et si tel n'est pas le cas, nous commencerons à procéder aux expulsions. » Quant à la libération des axes routiers, elle devra intervenir « dans quelques jours ».

20h30: « Je ne me satisfais pas que des occupants illégaux célèbrent ce qu'ils considèrent comme une victoire » réagit Edouard Philippe. Le Premier ministre était invité du journal télévisé de TF1.

 

19h45: «On a gagné contre les avions, on va gagner contre les expulsions» chantent les manifestants en centre-ville de Nantes. Le cortège est composé de 200 à 300 personnes.

19h15: Les manifestants s'élancent à Nantes. Un copieux dispositif policier surveille leurs déplacements en centre-ville.

 

18h45: Environ 200 personnes sont réunies devant la préfecture à Nantes. Ces militants, venus principalement de la mouvance d'extrême gauche, fêtent l'abandon du projet. Pour l'instant dans un calme relatif.

 

18h18: Le député LREM de Loire-Atlantique Yves Daniel, ex-PS, va «sans doute renvoyer (s)a carte d'électeur», annonce-t-il à l'AFP. Ce député, ardent partisan du déménagement de l'aéroport existant à Notre-Dame-des-Landes, veut renvoyer sa carte d'électeur à la République en Marche. Il estime que cette décision est «une remise en cause de notre vote». «Et si on ne respecte par le fait populaire dans notre état de droit...», ajoute-il.

18h04: 200 personnes attendues à la préfecture à Nantes pour un rassemblement festif. Pour l'instant, tout est calme, selon notre journaliste sur place. De nombreuses forces de police sont déployées à côté de la préfecture.

17h40De nombreux cars de CRS sont déjà postés devant la préfecture. Dans moins d'une heure, des membres de la Zad et militants d'extrême gauche ont prévu un rassemblement festif.

 

16h50: Des centaines de personnes vont fêter l'abandon du projet à Notre-Dame-des-Landes ce soir, annoncent les opposants au projet.

 

16h30: Les esprits s'échauffent sur les réseaux sociaux. Ça s'écharpe dur depuis ce midi entre les partisans des deux camps. Comme, par exemple, avec ce tweet du premier adjoint au maire de Nantes, Pascal Bolo (PS), qui allume François de Rugy (LREM). Les deux hommes se connaisent bien. Le premier a longtemps été le suppléant du deuxième à l'Assemblée nationale.

 

16h10: Belle ambiance à Notre-Dame-des-Landes. Selon notre journaliste sur place.

 

16h05: « Un déni de démocratie », dénonce Jean-Marc Ayrault. L'ancien Premier ministre et maire de Nantes, qui a pendant plusieurs années incarné le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, regrette une « faille dans le développement du Grand Ouest ».

 

16h: Les regrets d'une députée LREM. Favorable au transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes, la députée de Loire-Atlantique, Aude Amadou (LREM), indique qu'elle regrette la décision gouvernementale. « Je resterai mobilisée et vigilante pour défendre intérêts des riverains et de mon territoire».

 

 

15h55: « Le sentiment qu'on a c'est que le gouvernement a pris sa décision parce que les Zadistes ont gagné », tacle Marine Le Pen. La députée frontiste, interrogée par BFM TV, aurait préféré que la ZAD soit expulsée avant toute décision.

15h45: La plupart des occupants illégaux n'envisagent donc pas de partir. Ils souhaitent continuer à mener leurs expérimentations agricoles et modes de vies alternatifs. Edouard Philippe a déclaré ce mercredi qu'ils seront explusés s'ils ne partent pas d'eux-mêmes d'ici au printemps.

15h40: « Ce territoire doit pouvoir rester un espace d’expérimentation sociale, environnementale et agricole », proclame la coordination des opposants au projet. Lors d'une déclaration commune, à l'instant, sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

15h25: Un rassemblement anti-aéroport dans les rues de Nantes ce soir. Des membres de la Zad et militants d'extrême gauche annoncent un rassemblement festif, à 18h30, devant la préfecture, en centre-ville de Nantes. Les autorités craignent des débordements.

15h20: « On va savourer la victoire », confie Françoise Verchère, ex-maire de Bouguenais et figure de la lutte contre le projet d'aéroport de NDDL.

15h10: « La décision est irrévocable », insiste Edouard Philippe à l'assemblée. Le Premier ministre est un peu chahuté par les députés pro-aéroport.

15h: « Le Premier ministre a tranché et pris une sage décision », se félicite François de Rugy, président de l'Assemblée nationale.

 

14h54: Revoir en vidéo le moment clé du discours d'Edouard Philippe. C'est ici que ça se passe. 

 

14h45: Les Zadistes se félicitent et font des promesses. Les occupants de la ZAD se réjouissent d'une « victoire historique face à un projet d’aménagement
destructeur ». Ils annoncent dans la foulée qu'ils répondront d'eux-mêmes à la réouverture de la fameuse RD 281 obstruée par de multiples chicanes. « La présence ou l'intervention policières ne feraient qu’envenimer la situation », préviennent-ils.

14h30: Des tweets fâcheux pour Emmanuel Macron et Edouard Philippe refont surface sur le Web. On y aperçoit les deux hommes, pas encore aux manettes de l'Etat, soutenir le projet de Notre-Dame-des-Landes. Ils ont donc changé d'avis.

 

14h20: « Il y a aujourd'hui plus de questions ouvertes que de réponses », critique Johanna Rolland. La maire de Nantes demande une entrevue au Premier ministre. « Je souhaite lui demander comment l'Etat compte, demain, abandonner ou accompagner le Grand Ouest. »

 

14h14: WWF appelle le gouvernement à enfoncer le clou en enterrant les « grands projets inutiles »

 

14h10: Le mouvement Attac, ravi, rappelle que c'est l'aboutissement de «40 ans de lutte citoyenne».

 

14h: Les agriculteurs expropriés pourront retrouver leurs terres s'ils le souhaient. Conformément à la loi, précise le gouvernement.

13h55: Sur la ZAD, fumigènes et chansons. A Notre-Dame-des-Landes, les Zadistes expriment leur satisfaction. Un premier rassemblement est annoncé en fin de journée. Une seconde grande manifestation est également prévue sur le site le 10 février.

13h50: Les occupants illégaux de la ZAD ont jusqu'au printemps pour partir. « Les occupants illégaux de la ZAD devront partir d'ici le printemps prochain ou en seront expulsés », a précisé Edouard Philippe dans son discours.

13h49: Fin du discours d'Edouard Philippe. Avant de terminer son allocution, le Premier ministre conclut que le gouvernement « continuera d'aménager le pays ».

13h48: « Cette décision est une décision de raison et d'apaisement dans un contexte local tendu ». Une «décision exceptionelle pour une situation exceptionelle»

13h46: « Nous mettrons fin à la zone de non-droit qui propsère depuis près de 10 ans sur la ZAD » Les trois routes qui traversent le site doivent maintenant être rendues à la libre circulation pour tous, les squats évacués, les obstacles retirés demande le Premier ministre. A défaut, «les forces de l'ordre procéderont aux opérations nécessaires».

13h44: « L'aérogare de l'aéroport Nantes-Atlantique sera modernisée dans un premier temps» Dans un second temps, la procédure d'allongement de la piste sera engagée, annonce le Premier ministre.

13h42: « Le projet ne peut plus s'envisager aujourd'hui comme il l'était il y a 50 ans»

13h42: « Les terres retrouveront leur utilité agricole »

13h40: « Les conditions ne sont pas réunies pour mener à bien le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes », affirme Edouard Philippe. Le projet est abandonné. Edouard Philippe cite les « nombreuses oppositions locales »

13h37: « J'ai voulu prendre le temps de bien appréhender la situation, de considérer la complexité du projet. » « J'ai également voulu examiner les nouvelles solutions qui pouvaient s'offrir », déclare Edouard Philippe qui rappelle avoir rencontré une centaine d'élus.

13h37: « Volonté de trancher la situation. Rien n'est pire que l'incertitude »

13h36: « L'indécision du gouvernement a entraîné, ces dernières années, l'affrontement des uns et des autres », affirme le Premier Ministre.

13h35: Ça y est, Edouard Philippe prend la parole.

13h29: Le gouvernement n'a toujours pas fait d'annonce officielle! Situation très étonnante: les commentaires désabusés des pro-aéroport s'enchaînent alors qu'Edouard Philippe n'a toujours rien annoncé officiellement. Qu'attend le gouvernement?

13h25: Joie sur la ZAD. Sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, l'ambiance est festive. Mais aucun anti-aéroport ne souhaite, pour l'heure, commenter la nouvelle.

13h24: « Il n'y a pas de solution idéale », commente l'un des médiateurs. Gérard Feldzer, l'un des trois auteurs du fameux rapport remis mi-décembre au gouvernement, affirme sur BFM TV n'être « ni content ni mécontent » par la décision officielle qui, d'ailleurs, se fait toujours attendre. 

13h20: « Trahison et reniement », dénonce la maire de Nantes.

 

13h15: « Il n'y aura que des mauvaises conséquences pour les habitants de Loire-Atlantique », s'emporte Philippe Grosvalet. Furieux, le président de Loire-Atlantique et président du syndicat mixte aéroportuaire estime que la consultation du 26 juin 2016 a « été bafouée ». « Des habitants m'ont fait savoir qu'ils n'iront plus jamais voter », s'alarme-t-il. Le socialiste affirme qu'il n'y a « pas de plan B » après l'arrêt du transfert.

13h10: Philippe de Villiers crie victoire. Attaché à la proximité de l'actuel aéroport Nantes-Atlantique avec son département de Vendée, il était contre un transfert à Notre-Dame-des-Landes.

 

13h02: Le maire de Notre-Dame-des-Landes toujours dans l'attente. Contacté par 20 Minutes, Jean-Paul Naud (SE), maire de la fameuse commune de Notre-Dame-des-Landes, assure n'avoir pas été prévenu par le gouvernement. Prudent, il ne souhaite pas encore crier victoire.

13h: La présidente de la région Pays de la Loire, Christelle Morançais (LR), est, elle aussi, furieuse. Elle était favorable au transfert à Notre-Dame-des-Landes, bien sûr. 

 

12h56: D'autres élus pro-aéroport annoncent l'abandon officiel du projet. Parmi eux, le président du département de Loire-Atlantique et président du syndicat mixte aéroportuaire, Philippe Grosvalet (PS). Il est fou de rage. « Par cette décision, il [Emmanuel Macron] piétine les procédures et décisions de justice, il piétine nos collectivités locales, il piétine le vote des habitants », fulmine le patron du syndicat mixte.

12h52: Le sénateur de Loire-Atlantique Joël Guerriau (UDI) exprime déjà sa colère.

 

12h48: Triste ambiance aux Ailes pour l'Ouest. La principale association pro-aéroport confirme avoir été avertie à l'instant de la décision gouvernementale. Mais elle ne veut pas dire de quoi il s'agit avant l'annonce offcielle. Précisons que l'ambiance n'est pas du tout à la fête à son QG...

12h45: Un parlementaire LREM confirme à 20 Minutes. Le gouvernement a décidé de renoncer au transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes, selon lui.

12h38: L'abandon du projet annoncé aux intéressés? Les derniers bruits indiquent que la décision est prise: l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne se fera pas. Ouest-France affirment que des élus locaux viennent d'être prévenus à l'instant. Confirmation dans quelques minutes ou grosse surprise?

12h35: Toujours pas de fumée blanche à l'Elysée. Mais ça ne devrait vraiment pas tarder. Des parlementaires de Loire-Atlantique sont attendus à 14h à l'Elysée, selon nos informations.

12h28: La consultation du 26 juin 2016 va-t-elle peser? Pour rappel, les habitants de Loire-Atlantique avaient dit « oui » (à 55,17%) au transfert de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Emmanuel Macron a déclaré plusieurs fois qu'il était sensible à cette consultation du 26 juin 2016. 

12h23: Sur la ZAD aussi, on patiente comme on peu. Merci la radio.

 

12h21: La maire de Rennes inquiète. Sans connaître la décision, la maire socialiste de Rennes, Nathalie Appéré, réclame une protection pour sa ville en cas de manifestation à risque. 

>> A lire aussi : Notre-Dame-des-Landes: La maire de Rennes veut que sa ville soit protégée

 

12h20: Des rassemblements pour soutenir la ZAD. Les Zadistes annoncent, d'ores et déjà, plusieurs dizaines de rassemblements de soutien un peu partout en France. Pour certains dès ce mercredi.

12h12: Les pro-aéroport attendent, fébriles. Inquiets, les élus partisans du transfert n'ont, semble-t-il, pas été mis au courant de la décision. Ils attendent, fébriles, en regardant la télévision, selon nos informations. 

11h58: Edouard Phiippe bien entouré. Le Premier ministre devrait être accompagné, entres autres, du ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, et de Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur.

>> A lire aussi : Notre-Dame-des-Landes: Un projet qui traîne depuis 50 ans

 

11h56: L'abandon, scénario favori. Depuis la publication du rapport des médiateurs, mi-décembre, l'hypothèse d'un agrandissement de l'actuel aéroport Nantes-Atlantique, plutôt qu'un transfert à Notre-Dame-des-Landes, était donnée favorite. Mais les pro-NDDL avaient repris confiance ces derniers jours.

 

11h55: La décision, c'est maintenant? Ça y est, cette fois, ce devrait être la bonne. Le Premier ministre, Edouard Philippe devrait faire connaître la décision du gouvernement dans les prochaines secondes. A la sortie du conseil des ministres.