Oise: Des chasseurs recrutés comme auxiliaires de la gendarmerie

SECURITE Le dispositif «chasseurs vigilants» doit être mis en place d’ici à la fin janvier pour surveiller les zones reculées de l’Oise…

G.D. avec AFP

— 

Illustration de chasseurs.
Illustration de chasseurs. — M. Allili / SIPA

Des chasseurs pour épauler la gendarmerie. Deux cents candidats sont actuellement sélectionnés dans l’Oise pour participer au dispositif « chasseurs vigilants » mis en place dans les forêts du département et les zones reculées et qui devrait être pleinement opérationnel fin janvier.

Alerter et sensibiliser

« Il ne s’agit pas de renforts, a déclaré à l’AFP le capitaine Eric Lecacheur, chargé de la prévention et du partenariat au groupement départemental de la gendarmerie de l’Oise. Leur mission consistera à observer, à nous alerter et à sensibiliser les personnes qui fréquentent les milieux naturels. »

>> A lire aussi : Le parquet de Compiègne a ouvert une enquête à propos du cerf tué dans l’Oise

Véhicules abandonnés, dépôts d’ordures sauvages, pêches et chasses illégales, personnes disparues… « Les chasseurs seront tous identifiés, en cas d’urgence, s’ils appellent le 7, leur numéro sera reconnu, a précisé le capitaine Lecacheur. Ils pourront également se rendre directement à la brigade de leur secteur ».

« En aucun cas, les "chasseurs vigilants" ne seront amenés à intervenir directement, a-t-il encore insisté. Ils feront simplement ce que tout citoyen peut être amené à faire, c’est-à-dire nous prévenir. »

Gage de fiabilité

Ainsi, pour les forces de l’ordre, connaître la source à l’origine d’un signalement est un gage de fiabilité. Selon la Fédération des chasseurs de l’Oise, 110 chasseurs ont déjà été recrutés. La sélection est réalisée par la gendarmerie et un casier judiciaire vierge est indispensable.

« Nous sommes sur le terrain tous les jours, nous pouvons nous rendre utiles », a souligné Luc Vandenabeele, trésorier de la fédération et président d’une association de chasse dans le sud-ouest du département.

Ce dispositif a fait l’objet d’une convention signée en mars 2017 par la préfecture, la gendarmerie et la Fédération départementale des chasseurs de l’Oise.

« Milice armée », selon la Fondation 30 Millions d’Amis

Mardi, la Fondation 30 millions d’amis s’est insurgée de la mise en place d’une « milice armée ». L’association de défense du droit animal dénonce le fait que « des prérogatives de sécurité et de pédagogie soient confiées à des personnes armées non assermentées ».

La Ligue des droits de l’homme de l’Oise avait déjà demandé aux autorités, lors de la signature de la convention, de « cesser la casse du bien commun plutôt que de faire insidieusement appel à une milice en tenue de camouflage ! »

la Fondation 30 Millions d’Amis a annoncé qu'« elle saisira la juridiction compétente pour examiner la légalité de cet accord et a d’ores et déjà adressé un courrier au préfet ».