Tribune pour une «liberté d’importuner»: «A chaque fois qu’il y a une révolution féministe, on crie "danger"»

INTERVIEW Pour Geneviève Fraisse, philosophe et historienne de la pensée féministe, directrice de recherche émérite au CNRS, la tribune publiée dans « Le Monde » sur les conséquences de l'affaire Weinstein est une « vieille ritournelle philosophique »…

Propos recueillis par Helene Sergent

— 

En France comme aux Etats-Unis, le scandale de l'affaire Weinstein génère depuis trois mois un vaste débat sur les violences faites aux femmes.
En France comme aux Etats-Unis, le scandale de l'affaire Weinstein génère depuis trois mois un vaste débat sur les violences faites aux femmes. — CHAMUSSY/SIPA
  • Ce mardi, une centaine de femmes ont signé un texte publié dans le journal Le Monde pour défendre la « liberté d’importuner ».
  • Elles dénoncent « une campagne de délations et de mises en accusation publiques d’individus » à travers les hashtags #MeToo et #BalanceTonPorc apparus après l'affaire Weinstein.

« Puritanisme », « haine des hommes et de la sexualité », « vague purificatoire »… Dans une tribune publiée par le journal Le Monde ce mardi, une centaine de femmes journalistes, actrices, universitaires ou écrivaines plaident pour une « liberté d’importuner » après  la campagne « #Metoo » lancée sur les réseaux sociaux. Cosigné notamment par Catherine Deneuve, le texte interroge et divise. Pour Geneviève Fraisse, philosophe et historienne de la pensée féministe, cette tribune relève d’une « vieille ritournelle philosophique ».

>> A lire aussi : Catherine Deneuve et un collectif de 100 femmes défendent «la liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle»

Cette tribune s’inscrit-elle selon vous dans un courant féministe ou relève davantage d’une idéologie de classe ?

Leur position est de ne pas être féministes. Elles en ont le droit, il faut qu’il y ait du désaccord entre les femmes. Mais cette tribune livre une position partielle de la société : le viol comme fait divers d’un côté et la séduction de l’autre. Elles se refusent à voir que ce qui est en cause depuis trois mois, c’est un système qui consiste à dire que le corps des femmes est à la disposition des hommes.

Elles ne s’interrogent que sur les conséquences de la prise de parole qui vont selon elles tuer l’amour, le désir et ce qu’elles mettent au centre, c’est une position de critique morale. Or ce sont elles qui font de la morale. Elles disent qu’elles vont être censurées mais elles considèrent que la parole dite « libérée » va trop loin. Elles crient au danger alors que ce qui est énoncé, c’est une réalité globale de la violence. C’est comme si on ne se laissait pas aller à la curiosité de l’événement alors même qu’il est en cours.

Pourquoi selon vous, ce texte déclenche-t-il de si vives réactions ?

C’est un texte minoritaire. Elles ne le savent pas mais c’est le cas. Je suis frappée par la sensibilité des gens à cette question depuis l’éclatement du scandale Weinstein. Si cette tribune entraîne des réactions c’est parce que leur propos paraît dépassé.

« Elles parlent de 'haine des hommes et de la sexualité'. Mais quand un homme abuse d’une femme, ce n’est pas de la haine du sexe ? »

L’autre question à se poser est : Que protège-t-on en disant ce qu’elles disent ? Qu’est-ce qui est protégé quand on a peur ? Et de quoi a-t-on peur ? Elles parlent de « haine des hommes et de la sexualité ». Mais quand un homme abuse d’une femme sous une forme ou sous une autre, ce n’est pas de la haine du sexe, cela ?

>> A lire aussi : Dans une chronique, Nicolas Bedos s’interroge sur #balancetonporc et les «dérives liberticides»

L’émancipation de la parole des femmes et les dénonciations d’abus sexuels relèvent-elles, comme le dit la tribune, d’une forme de puritanisme ?

C'est un texte vieillissant, une ritournelle philosophique. Déjà, au lendemain de la Révolution française s’est posée la question de la perte de la séduction avec l’idée que l’égalité supprimerait l’amour et le sexe. A chaque fois qu’il y a une révolution féministe, on crie « danger ». L’opposition entre puritanisme et libertinage est un marronnier de l’idéologie française. Cela voudrait donc dire qu’il n’y a pas de vie sexuelle aux Etats-Unis ? Ce n’est pas sérieux.

En réalité ce texte relève d’une représentation idéologique, pour cacher un problème fondamental : comment fait-on pour instaurer une symétrie entre les sexes ? C’est ça qui est intéressant. Avant de se ruer vers les conséquences de cette révolte qui interdiraient que l’on se touche, regardons ce qui est en train d’être dit : il s’agit de politique.