Paris: Une association de cyclistes dresse un bilan mitigé des promesses vélo d'Anne Hidalgo

VELOS 2017 était censée être « l’année du vélo ». Une promesse faite par Anne Hidalgo lors de ses vœux l’année dernière. Mais pour l’association Paris en Selle, le vélo n’était pas au rendez-vous…

Camille Obry

— 

Berge de la Seine dans le XVI e arrondissement. Nouveaux amenagements pour les cyclistes avec deux voies nouvelles.
Berge de la Seine dans le XVI e arrondissement. Nouveaux amenagements pour les cyclistes avec deux voies nouvelles. — M.ASTAR/SIPA
  • L’association Paris en Selle donne ses bons et ses mauvais points aux promesses réalisées ou non par la Ville en 2017.
  • Pour 2018, l’asso attend de voir la mise en circulation du Vélib' 2 (chaotique) et si la « brigade des incivilités » verbalisera le stationnement gênant sur les pistes cyclables.

Une roue crevée, une roue gonflée. L’association Paris en Selle a dressé, ce mardi, le bilan mitigé de l’année 2017 décrétée « année du Vélo » par  Anne Hidalgo. Lors de ses vœux 2017, la maire de Paris avait annoncé plusieurs projets phares pour le plan vélo, voté en 2015 à l’unanimité, notamment la création de pistes cyclables rue de Rivoli pour l’automne 2017 et sur l’avenue des Champs-Elysées pour fin 2017.

Le plan vélo de la ville de Paris
Le plan vélo de la ville de Paris - Capture d'écran/Mairie de Paris

« Faire preuve d’ambition »

Paris en Selle donne un bon point à la piste cyclable du boulevard Voltaire. « C’est un design quasi exemplaire. C’est vraiment le principe de ce qui marche bien. On a des pistes cyclables de chaque côté, en site propre, qui passent derrière des quais de bus, derrière des zones techniques avec du stationnement », s’enthousiasme Charles Maguin.

Autre axe stratégique, la rue de Rivoli, si les travaux ne sont pas encore terminés, le commencement de ceux-ci est une bonne nouvelle. « On est dans un endroit où il y a besoin d’un rééquilibrage entre les voitures et les vélos. On est sur quelque chose où il est nécessaire de faire preuve d’une réelle vision et d’ambition », explique Charles Maguin, président de l’association.

Les Champs-Elysées seront eux parés d’une « piste cyclable latérale », et non centrale comme prévu auparavant, a annoncé fin décembre Christophe Najdovski, adjoint à la maire de Paris en chargé des transports, de la voirie, des déplacements et de l’espace public.

 

Paris en Selle relève qu’un tiers des projets déjà réalisés sont de qualité insuffisante. Un exemple majeur est les voies de bus qui sont pris par la Mairie comme des aménagements cyclables. « Ce sont des endroits où les gens normaux n’ont pas envie d’aller. Ils sont terrorisés à l’idée de partager cet espace à vélo avec des poids lourds et des taxis pressés », explique son président.

Le Réseau Express Vélo, pas si pressé

Point majeur du Plan Vélo, mais qui ne s’attire pas la sympathie des cyclistes, le Réseau Express Vélo (REV). Malheureusement, un quart des pistes a été abandonné selon Paris en Selle. Les aménagements ne sont pas assez sécurisés, ou alors il n’y a pas d’aménagement de prévu, relève l'Observatoire du Plan Vélo, réalisé par l’asso.

En septembre 2017, la préfecture de police mets son veto contre le REV Sud. Des riverains, associations et usagers se mobilisent alors au sein du collectif Libérer Leclerc. Sur le site, leur pétition contre la décision de la préfecture de police recueille plus de 1.000 signatures au 9 janvier 2018.

Cet été, le préfet, Michel Delpuech, n’était pas favorable à la création d’une piste cyclable rue de Rivoli craignant des difficultés d’accès pour les véhicules de secours et de police. Paris en Selle avait alors lancé le hashtag #allomichel pour montrer que les pistes cyclables sont souvent utilisées comme parking par les forces de l’ordre.

>> A lire aussi : VIDEO.  #AlloMichel, le hashtag qui épingle les voitures de police mal garées à Paris

Au total, le pourcentage d’aménagements cyclables réalisés est de 12 % (soit 14 km), loin des 200 km promis par la ville de Paris dans ses campagnes de communication. « A ce rythme, le Plan Vélo ne sera réalisé qu’en 2027 », s’insurge Charles Maguin.

Vélib' 2, point positif pour 2018 ?

Le début de 2018 a été marqué par la mise en circulation du nouveau Vélib'. Même si aucune association n’a été consultée, le nouveau Vélib' comporte de nombreuses améliorations prometteuses que relève Paris en Selle. Mais ce qui pose problème c’est la transition. « Elle est gérée laborieusement pour le moins. Le démarrage de Vélib’2 se passe dans un chaos total. C’est un accident industriel. On est dans un état inexistant du service alors que les usagers ont payé et utilise ce mode de déplacement. »

>> A lire aussi : Débuts difficiles pour les nouveaux Vélib'

Cependant, cette année pourrait être l’année du changement. En décembre dernier, le directeur de la voirie et des déplacements a été remplacé par Caroline Grandjean, qui a contacté Paris en Selle. Ensemble, ils ont soulevé de nombreux points à améliorer, dont la mise en place d’une brigade sur le respect des règles de circulation à Paris. Depuis le 1er janvier, la «brigade des incivilités» compte 3.300 agents (plus du double par rapport à 2017) et ils pourront verbaliser le stationnement gênant sur les pistes cyclables. Christophe Najdovski s’est engagé à améliorer le respect des aménagements cyclables.