Beaucaire: Le maire supprime les repas sans porc dans les cantines

ALIMENTATION La majorité Front National de Beaucaire a annoncé dans le journal municipal sa volonté de mettre fin aux repas de substitutions dans les écoles de la ville…

Jérôme Diesnis

— 

Le maire Front national de Beaucaire Julien Sanchez pose des questions aux membres du gouvernement pendant une réunion d'information sur l'accueil des réfugiés le 12 septembre 2015
Le maire Front national de Beaucaire Julien Sanchez pose des questions aux membres du gouvernement pendant une réunion d'information sur l'accueil des réfugiés le 12 septembre 2015 — Thomas Samson AFP

C’est par un petit entrefilet dans le journal municipal de décembre 2017, en bas de l’avant-dernière page, que la majorité Front national de Beaucaire a annoncé son intention de mettre fin aux repas de substitution dans les cantines des six établissements de la ville, pour les élèves ne consommant pas de porc.

« Les repas de substitution, repas anti républicains en place dans nos écoles publiques seulement depuis la municipalité Bourbousson (Div), seront supprimés à Beaucaire au 1er janvier 2018. » La rentrée des classes n’ayant pas encore eu lieu, la décision sera réellement effective à compter de ce lundi. Le rassemblement citoyen Beaucaire terre d’Argence avait alerté l’opinion publique le 29 novembre de cette décision.

Le maire FN de Beaucaire Julien Sanchez a justifié sa décision auprès de BuzzFeed. « Les gens pourront prendre leurs dispositions s’ils ne souhaitent pas que leurs enfants mangent, ou bien qu’ils touchent ou approchent du porc, explique-t-il. Depuis 10 ans, les enfants mangeaient à une table séparée, c’était l’apartheid. » Sur les 600 demi-pensionnaires, 150 consommaient des repas de substitutions.

Le menu de la semaine propose ce lundi du pâté de campagne en entrée. La semaine suivante, les élèves auront notamment au menu le lundi une crêpe jambon fromage et mercredi une côte de porc charcutière.

Le précédent Châlon-sur-Saône

La loi n’impose pas aux mairies de proposer de menus de substitution, à condition que les enfants puissent apporter leur propre repas. A Châlon-sur-Saône, la majorité municipale (LR) avait pris la même décision à la rentrée 2015, avant d’être désavouée par le tribunal administratif en août 2017. La justice a estimé que « cette décision n’avait pas accordé une attention primordiale à l’intérêt de l’enfant ». Le maire de Chalon-sur-Saône Gilles Platret (LR) a fait appel.

La décision de la majorité FN de Beaucaire pourrait entraîner une nouvelle procédure judiciaire à l’encontre de la commune.