Marseille: Un calendrier choc pour dénoncer (toujours) l'état des écoles

EDUCATION Lassés des courriers sans réponse, des parents d’élèves ont envoyé aux élus des photos prises durant l’année dans une école délabrée des quartiers nord… 

20 Minutes avec AFP

— 

Une salle de classe de l'école primaire Jean Perrin de Marseille le 8 février 2016
Une salle de classe de l'école primaire Jean Perrin de Marseille le 8 février 2016 — BORIS HORVAT AFP

Portail impossible à ouvrir, W-C condamné, canalisation crevée… A chaque mois sa photo choc pour le calendrier envoyé aux élus marseillais par les parents d’élèves d’une école des quartiers Nord, afin de dénoncer le délabrement des établissements scolaires de la ville.

« Les courriers ça ne sert à rien, on ne nous répond pas, alors nous avons pensé à une façon plus originale pour alerter les élus », a expliqué la présidente du Mouvement des parents d’élèves (MPE) des Bouches-du-Rhône, Séverine Gil.

>> A lire aussi : «Cher Edouard» Philippe vient inaugurer deux écoles...pour mieux étouffer les polémiques?

Plafond suintant d’humidité, portes manquantes…

« Derrière le Plan Marshall annoncé par la mairie pour 31 écoles de type Pailleron, il y a 410 autres écoles, et pas franchement d’amélioration, a insisté Séverine Gil. Les travaux qui n’avancent pas, une canalisation à réparer, un chauffage à changer. »

Dans ce calendrier, sont exposées 12 photos, une par mois, toutes prises au sein de l’école primaire de la Batarelle, dans le XIIIe arrondissement. Peinture écaillée, plafond suintant d’humidité, portes manquantes, toute la gamme des problèmes frappant cette école est illustrée, avec en figures de proue ce portail impossible à ouvrir et donc inutilisable, ou ce tuyau d’évacuation des eaux toujours crevé après deux passages d’une entreprise.

>> A lire aussi : A Marseille, des profs refusent de faire cours dans une école sans chauffage depuis quatre jours

Un manque d’entretien courant

Tiré à une vingtaine d’exemplaires et envoyé aux principaux élus de la ville de Marseille ainsi qu’à l’inspecteur d’académie, ce calendrier a pour but de « leur demander de ne pas nous oublier », explique la présidente de MPE 13.

Les parents d’élèves craignent que le grand plan de rénovation annoncé mi-octobre par la mairie de Marseille, pour un montant de 1 milliard d’euros, ne laisse dans l’abandon les écoles qui souffrent d’abord d’un manque d’entretien courant.

« Ce véritable plan Marshall, sans équivalent dans l’histoire de la ville de Marseille ou dans aucune autre ville », selon les termes du maire (LR) Jean-Claude Gaudin, prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, ainsi que la construction de 6 établissements supplémentaires, en six ans. Le tout via un financement public-privé.

Les polémiques sur l’état des écoles sont récurrentes dans la deuxième ville de France. La mairie, qui accueille 77.000 enfants dans plus de 440 écoles, avait été sommée par l’Etat en 2016 d’entreprendre des travaux en urgence, face aux témoignages qui se multipliaient de la part de parents d’élèves et d’enseignants. Un plan d’urgence, de 41 millions d’euros, avait alors été mis en œuvre.