Des djihadistes de Daesh à Mossoul, en Irak, le 23 juin 2014.
Des djihadistes de Daesh à Mossoul, en Irak, le 23 juin 2014. — Uncredited/AP/SIPA

DJIHAD

Trois enfants de djihadistes français partis en Irak rapatriés en France

Leur mère et son plus jeune enfant âgé de moins d’un an sont restés sur place…

Trois enfants, âgés de 3 à 8 ans, d’un couple de djihadistes français partis en Irak rejoindre l'organisation de l'Etat islamique (EI) ont été rapatriés. Leur mère et son plus jeune enfant de moins d’un an sont restés sur place.

>> A lire aussi : Le grand malaise diplomatique autour du sort des familles de djihadistes français détenues en Irak

Le retour en France de ces trois enfants, âgés de 3 à 8 ans, « est le fruit du dialogue qui s’est intensifié ces derniers mois avec le Quai d’Orsay et la Croix-Rouge. Nous restons très vigilants sur la situation de Melina et de son quatrième enfant », ont déclaré la avocats du couple Me William Bourdon et Me Vincent Brengarth, confirmant une information de France Inter.

>> A lire aussi : Syrie: Thomas Barnouin, figure des filières djihadistes du Sud-Ouest, a été arrêté

Les parents, originaires de Seine-et-Marne, étaient partis en 2015 pour l' Irak​. Selon la radio, les enfants sont arrivés à Roissy le 18 décembre. Ils ont été confiés à l’aide sociale en Seine-Saint-Denis et placés dans des familles d’accueil. Leurs grands-parents maternels vont demander un droit de visite.

« Quelques dizaines » d’adultes français en prison en Irak

Cette famille a été capturée en juillet lors de la reprise de Mossoul à Daesh. Le père est mort au cours du siège de la ville. Selon des informations du journal Le Monde publiées en juillet, la mère de famille avait affirmé que son mari « ne voulait pas être un combattant » et qu’il « ne faisait rien dans l’EI ».

D’après les services de renseignement français, « quelques dizaines » d’adultes français, combattants djihadistes ou leurs épouses capturés au fil de la débâcle territoriale du groupe terroriste, se trouvent actuellement dans des camps ou des prisons en Irak et en Syrie.

>> A lire aussi : VIDEO. Syrie: Après avoir rejoint Daesh, une famille française veut rentrer en France, quitte à être incarcérée

La plupart seraient des femmes accompagnées de leurs enfants. En novembre, le président Emmanuel Macron avait indiqué que le sort de ces femmes et enfants serait examiné au « cas par cas, en fonction des situations ».