VIDEO. Affaires Nordahl Lelandais: Le père d'un Isérois disparu en 2010 demande la réouverture de l'enquête

FAITS DIVERS Yves Suppo veut savoir « si Lelandais a pu croiser la route » de son fils Nicolas, disparu il y a sept ans à Echirolles...

M.P.

— 

Illustration d'une voiture de gendarmerie, ici à Rennes.
Illustration d'une voiture de gendarmerie, ici à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

Après la famille de la petite Estelle Mouzin disparue en 2003 en Seine-et-Marne, c’est aujourd’hui celle de Nicolas Suppo, disparu en 2010, qui demande la réouverture de l’enquête. A l’origine de ces relances, les faits troublants entourant Nordahl Lelandais, suspect numéro dans l’affaire de la disparition de Maëlys, 9 ans, et mis en examen pour « l’assassinat » du caporal Arthur Noyer, en Savoie.

>> A lire aussi : VIDEO. L'avocat du père d'Estelle Mouzin demande une enquête sur Nordhal Lelandais

Yves Suppo, le père du jeune homme, s’interroge en effet sur le rôle que pourrait avoir joué le trentenaire dans la disparition de son fils à Echirolles (Isère), le 15 septembre 2010. « Je veux savoir si Lelandais a pu croiser la route de mon fils », a ainsi confié Yves Suppo à France Bleu, se rappelant ce jour de septembre où Nicolas « a pris sa pause de midi, a salué ses collègues et s’est comme volatilisé ».

Parti sans papiers, sans moyen de paiement, sans vêtements

Nicolas Suppo, ouvrier spécialisé de 30 ans, est parti sans papiers, sans moyen de paiement, sans vêtements et en laissant son appartement intact. Une enquête pour « disparition inquiétante » a été ouverte. Elle s’est soldée par un non-lieu, après quatre années de recherches.

Alors que de nombreuses familles de disparus se demandent si leurs affaires respectives peuvent avoir un lien avec Nordahl Lelandais et réclament à la justice des vérifications, Yves Suppo a donc demandé la réouverture de son dossier.

>> A lire aussi : Disparition d’Estelle Mouzin: «Il faut s’intéresser à ce que faisait Nordahl Lelandais à cette époque-là»

« J’ai écrit au procureur de Grenoble. Domessin où habite Lelandais est à une cinquantaine de kilomètres d’Echirolles (…) », a expliqué à la radio ce père qui ne perd pas espoir. Et en attendant une réponse, Yves Suppo continuera, dit-il, de sillonner la région à la recherche du moindre indice. Comme il le fait depuis sept ans, à bord de son camping-car.