Pôle emploi: Entre 200.000 et 330.000 offres non pourvues «faute de candidats»

EMPLOI Les très petites entreprises (TPE, 1 à 9 salariés) sont les plus touchées (5,8 %), tandis que les entreprises de plus de 100 salariés sont relativement épargnées (2,3 %)...

20 Minutes avec AFP

— 

Une demandeuse d'emploi à Pole Emploi à  Marseille,  24 février 2015.
Une demandeuse d'emploi à Pole Emploi à Marseille, 24 février 2015. — (AP Photo/Claude Paris)

Entre 200.000 et 330.000 projets de recrutements ont été abandonnés « faute de candidats » en 2017, selon une étude de Pôle emploi présentée ce mardi en conseil d’administration. L’opérateur public a réalisé cette estimation à partir d’offres d’emploi qu’il a lui-même traitées en 2016.

Sur les 3,2 millions offres déposées à Pôle emploi, 2,9 millions « ont été pourvues », soit environ neuf sur dix, indique l’opérateur dans un communiqué. Parmi les 300.000 autres offres, restées non pourvues, « 97.000 ont été annulées par l’employeur car son besoin avait disparu » et « 53.000 étaient toujours en cours » fin 2016.

« Entre 110.000 à 181.000 » concernent un emploi durable

In fine, 150.000 recrutements ont été « abandonnés faute de candidat adéquat », soit « 4,7 % de l’ensemble des offres déposées à Pôle emploi ». Et sur les 200.000 à 330.000 projets de recrutements abandonnés, « entre 110.000 à 181.000 » concernent un emploi durable (CDI ou CDD de plus de 6 mois), indique-t-on à Pôle emploi.

La construction et le commerce sont les secteurs les plus concernés, avec respectivement 5,7 % et 5 % d’offres non pourvues faute de candidats, précise-t-on de même source.

Les très petites entreprises les plus touchées

Et quel que soit le secteur, les très petites entreprises (TPE, 1 à 9 salariés) sont les plus touchées (5,8 %), tandis que les entreprises de plus de 100 salariés sont relativement épargnées (2,3 %). « C’est assez classique, les patrons des petites entreprises ont plus de difficulté à recruter, ils n’ont pas de service RH, pas forcément le temps », explique-t-on à Pôle emploi, qui a lancé en début d’année une expérimentation pour mieux accompagner les petites entreprises.

>> A lire aussi : Une annonce sur dix est illégale

L’opérateur public note, par ailleurs, que la plupart (87 %) des offres restées non pourvues ont pourtant « suscité des candidatures », les employeurs les ayant jugées « trop peu nombreuses ou inadéquates ». Les employeurs expliquent ces difficultés à trouver un candidat par le « manque d’attractivité du poste proposé » (77 % des cas), mais aussi par « le manque d’expérience, de compétences ou de motivation » des candidats (près de 70 %) et par le manque de diplôme (45 %), indique-t-on à Pôle emploi.