Et vous, que pensez-vous de la bise au travail?

VOUS TEMOIGNEZ Cette habitude ne semble pas plaire à tout le monde...

F.F.

— 

Dominique de Villepin et Christine Lagarde en mai 2006, lors d'une conférence de presse.
Dominique de Villepin et Christine Lagarde en mai 2006, lors d'une conférence de presse. — JACK GUEZ / AFP

Elle divise souvent, peut parfois être source d’inquiétude ou de malaise. La bise au travail ne laisse pas souvent indifférent. Pour preuve, la maire de la commune de Morette (Isère), Aude Picard-Wolff, s’est récemment fendue d’un mail à tous ses collègues élus de la communauté de communes de Saint-Marcellin Vercors Isère. L’objet du message : l’édile n’en peut plus de faire la bise.

>> A lire aussi : Un Anglais ridiculise la bise à la française

« Depuis de nombreux mois, je suis arrivée plusieurs fois en retard au conseil communautaire car je ne souhaitais tout simplement pas “faire la bise” à 73 conseillers communautaires », explique Aude Picard-Wolff, qui poursuit : « Au cours de ces discussions, j’ai constaté que nombreux sont ceux qui, hommes ou femmes, partageaient ma gêne face à cette habitude. Sans avoir fait une étude scientifique sur le sujet, je me suis aussi rendu compte que la facilité que l’on avait à décider et à imposer de ne pas faire la bise était liée à plusieurs facteurs parmi lesquels son statut social, son rapport hiérarchique avec celui qu’on salue, son lieu de vie, urbain ou rural, son âge ou encore son sexe. Les hommes ne se font pas la bise hors cadre familial ou amis proches. Cela relève d’une façon minime, mais quotidienne de l’égalité femmes/hommes. »

Sur Internet, on trouve également de nombreux forums qui abordent la question, notamment pour savoir comment esquiver cette habitude sans vexer ses collègues.

Et vous, cette pratique vous dérange-t-elle ou au contraire trouvez-vous qu’elle participe à créer du lien sur votre lieu de travail ? Avez-vous trouvé des astuces pour ne plus embrasser personne ou mettez-vous un point d’honneur à le faire ? Expliquez-nous pourquoi dans les commentaires ci-dessous et/ou en envoyant un mail à contribution@20minutes.fr