VIDEO. Notre-Dame-des-Landes: Fin d'un projet qui traîne depuis cinquante ans

AEROPORT Ce lundi 9 avril, les zadistes les plus radicaux sont évacués...

Frédéric Brenon

— 

Manifestation contre le projet d aéroport Notre dame des landes le 17 novembre 2012.
Manifestation contre le projet d aéroport Notre dame des landes le 17 novembre 2012. — FABRICE ELSNER/20MINUTES

Enterré. Le 17 janvier 2018, le premier ministre Edouard Philippe ​a annoncé que le projet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes​ était finalement abandonné. Ce lundi 9 avril, la Zad est évacuée comme l'avait promis le gouvernement. Retour avec les dates clés sur ce projet vieux d’un demi-siècle.

>> A lire aussi : Abandon du projet Notre-Dame-des-Landes: Suivez les événements en direct

1965. Le préfet de Loire-Atlantique lance la recherche d’un « nouveau site aéronautique pour les régions Bretagne et Pays-de-la-Loire ».

1967. La commune de Notre-Dame-des-Landes est jugée la plus intéressante par le Service technique des bases aériennes.

1974. Une zone d’aménagement différé (ZAD) de 1225 ha est créée par l’Etat, gelant toute urbanisation et entraînant pendant vingt ans la préemp­tion progressive des terres par le conseil général.

10 février 2008. Le nouvel aéroport est déclaré d’utilité publique à l’issue d’une enquête publique contestée. Son ouverture officile est fixée à 2017.

Des militants anti-aéroport sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.
Des militants anti-aéroport sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. - F.Tanneau/AFP

Août 2009 : Des militants anti-capitalistes commencent à occuper la ZAD en août 2009 après la tenue d’un « Camp action climat ».

30 décembre 2010. Le groupe Vinci est désigné concessionnaire du projet et de la future plateforme pour une durée de 55 ans.

Avril-mai 2012 : Après une grève de la faim de 28 jours, les opposants obtiennent la suspension des expulsions des habitants historiques jusqu’à la fin des recours contre le projet.

16 octobre 2012. Alors que de nombreux opposants anticapitalistes se sont installés sur la zone, l’Etat décide leur expulsion par les forces de l’ordre. C’est l’opération César. Les affrontements dureront un mois.

Evacuation des maisons fabriquées par les squatters manifestant contre le projet d'aéroport en octobre 2012.
Evacuation des maisons fabriquées par les squatters manifestant contre le projet d'aéroport en octobre 2012. - FABRICE ELSNER/20MINUTES

30 novembre 2012. Après une violente manifestation anti-aéroport à Nantes le 24, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault désigne une commission du dialogue pour apaiser les tensions. Elle conclura à l’utilité du projet mais recommande des améliorations environnementales.

17 juillet 2015. Le tribunal administratif rejette les recours contre les arrêtés préfectoraux autorisant les travaux. Prenant acte de la décision, l’Etat annonce quelques semaines plus tard la reprise des travaux en 2016.

27 février 2016. Entre 15.000, selon la police, et 50.000, selon les organisateurs, personnes manifestent contre le projet sur la 2 x 2 voies Nantes-Vannes. C’est la plus grosse mobilisation des anti-aéroport.

26 juin 2016. A la demande du président François Hollande, une consultation électorale est organisée en Loire-Atlantique. Le oui au transfert de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes l’emporte à 55 % des voix. Le gouvernement promet que les travaux débuteront à l’automne suivant.

Les électeurs de Loire-Atlantique ont dit «oui» au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.
Les électeurs de Loire-Atlantique ont dit «oui» au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. - F.Brenon/20Minutes

1er juin 2017 : Trois médiateurs sont nommés par le gouvernement d’Edouard Philippe. Leur rapport, appuyé d’expertises, doit être remis en décembre 2017.

17 janvier 2018 : Le Premier ministre, Edouard Philippe, annonce l’abandon du projet.

9 février 2018. Si les travaux n’ont pas démarré, la déclaration d’utilité publique (DUP) du projet, vieille de dix ans, sera considérée caduque. Mettant un terme définitif aux derniers espoirs des partisans du projet.

9 avril 2018: L'opération d’expulsion des occupants illégaux des terrains de Notre-Dame-des-Landes a débuté dans la nuit du 9 avril. Elle vise à évacuer les zadistes «les plus radicaux», selon Gérard Collomb, le ministère de l'Intérieur. L'opération doit durer plusieurs jours.