Notre-Dame-des-Landes: Une décision désormais annoncée «dans quelques semaines»

AEROPORT Le porte-parole du gouvernement a laissé entendre ce mardi que la décision tant attendue ne serait pas rendue avant Noël...

F.B. avec AFP
— 
Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement d'Edouard Philippe.
Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement d'Edouard Philippe. — JC Tardivon/SIPA

Quand le gouvernement rendra-t-il sa décision concernant le projet de transfert de l’aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes ? Ces derniers mois, Matignon a répété à plusieurs reprises que la décision serait connue avant Noël. Le ministère de la Transition écologique, Nicolas Hulot, avait récemment confirmé ce calendrier.

Mais le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a indiqué ce mardi matin sur France 2 qu’une décision définitive ne serait prise que « d’ici quelques semaines » sur le sujet. Une décision définitive « sera prise au plus tard en janvie r» a confirmé quelques heures plus tard Emmanuel Macron.

Il faut dire que la promesse gouvernementale semblait difficile à tenir. Le rapport des trois médiateurs ayant planché depuis juin sur cet épineux dossier ne sera en effet officiellement remis que mercredi à 11h30. Et il serait surprenant qu’une décision aussi attendue soit prise à la hâte les jours suivants.

« Oui, ce sujet sera tranché »

« Le rapport sera examiné et d’ici quelques semaines une décision définitive sera prise sur ce sujet », a déclaré Benjamin Griveaux sur France 2, pointant du doigt une « indécision constante depuis de très nombreuses années ».

>> A lire aussi : «Passer outre le référendum serait un déni de démocratie», estime Jean-Marc Ayrault

« Oui, ce sujet sera tranché dans les semaines qui viennent », a-t-il martelé, jugeant que « c’est nécessaire parce qu’il faut donner de la visibilité et de la lisibilité à l’action publique. C’est le sujet de l’autorité de l’Etat, c’est le sujet de la règle de droit et donc il y aura une décision de prise ».

« Pas de marchandage » avec Nicolas Hulot

A la question de savoir si un risque de départ du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot pèserait dans la balance, Benjamin Griveaux a assuré qu'« il n’y a pas de menace, de marchandage, c’est pas comme ça que ça fonctionne ».

Le rapport des médiateurs, remis mercredi au Premier ministre Édouard Philippe, recensera les avantages et les inconvénients des différentes options avec des recommandations pour chacune.

>> A lire aussi : «Je n’ai pas changé d’un iota dans mes convictions, dans ma détermination», assure Nicolas Hulot