Le sorbitol picard, un dérivé du sucre, utilisé par Daesh pour lancer des roquettes

TERRORISME Lorsqu’il est mélangé à du nitrate de potassium, le sorbitol peut être transformé en propulseur...

H. B.

— 

Les stocks de ce dérivé du sucre ont été récemment retrouvés en Irak.
Les stocks de ce dérivé du sucre ont été récemment retrouvés en Irak. — SIPA

Les djihadistes de l'organisation de l'Etat islamique ne manquent pas d’imagination. Du sorbitol français a été découvert en Irak dans des stocks de munitions de l'EI, révèle ce dimanche le JDD, qui a mené une enquête pour remonter la filière de ce substitut du sucre.

Lorsqu’il est mélangé à du nitrate de potassium, le sorbitol peut être transformé en propulseur pour lancer des roquettes. Les stocks de ce dérivé du sucre récemment retrouvés  en Irak ont été fabriqués en Picardie par le groupe agroalimentaire Tereos.

D’abord vendus en Turquie, puis détournés par Daesh

Les premiers sacs de sorbitol ont été découverts en novembre 2016, dans une cache située près de Mossoul. Les derniers en date ont été signalés en septembre dernier à Tal Afar, près de la frontière syrienne. Pesant 25 kg chacun, ils ont été retrouvés entreposés dans un bâtiment et étaient tous étiquetés avec le logo du groupe français.

Interrogé par le JDD, Gérard Benedetti, directeur de la communication de Tereos, reconnaît que les sacs saisis en Irak ont bien été produits dans leur usine. Ils ont été vendus à un de leurs clients historiques en Turquie​, puis ensuite détournés pour finir dans un entrepôt du groupe Etat islamique.

>> A lire aussi : L’Irak annonce sa victoire sur Daesh, les Etats-Unis saluent la fin de cette «ignoble occupation»

L’entreprise Tereos se situe dans la petite commune de Nesle, dans la Somme, à 120 km de Paris. Tereos, qui transforme l’amidon de blé en sorbitol, est le troisième plus grand industriel du sucre au monde.