VIDEO. Hommage à Jean d’Ormesson: Pourquoi Emmanuel Macron a-t-il déposé un crayon sur le cercueil de l’écrivain?

HOMMAGE Le président de la République a terminé son éloge ce vendredi en allant déposer un crayon à papier sur le cercueil de l’écrivain Jean d’Ormesson…

C.P.

— 

Un hommage national est rendu à Jean d'Ormesson ce vendredi 8 décembre 2017 aux Invalides, à Paris.
Un hommage national est rendu à Jean d'Ormesson ce vendredi 8 décembre 2017 aux Invalides, à Paris. — Francois Mori/AP/SIPA

Une image forte et une promesse tenue. Ce vendredi, Emmanuel Macron a rendu hommage à Jean d’Ormesson, décédé en début de semaine à 92 ans, lors d’une cérémonie organisée aux Invalides.

Au terme d’un discours truffé de références littéraires, le Président est allé poser un crayon à papier sur le cercueil de l’écrivain. Pourquoi ce geste symbolique ?

>> A lire aussi : VIDEO. Hommage à Jean d’Ormesson: Emmanuel Macron loue un «être de clarté», «superficiel par profondeur»

« Moi je voudrais un crayon, un crayon à papier, les mêmes que dans notre enfance »

Le chef de l’État se conformait ainsi au souhait exprimé par Jean d’Ormesson​ il y a quelques années : « Evoquant, dans un livre d’entretien, votre enterrement, vous aviez écrit : "à l’enterrement de Malraux, on avait mis un chat près du cercueil, à celui de Defferre c’était un chapeau, moi je voudrais un crayon, un crayon à papier, les mêmes que dans notre enfance. Ni épée, ni Légion d’honneur, un simple crayon à papier" », a rappelé Emmanuel Macron dans son discours.

Nous vous demandons pardon, Monsieur, de ne pas vous avoir tout à fait écouté, pardon pour cette pompe qui n’ajoute rien à votre gloire. (…). Du moins puis-je, au nom de tous, vous rester fidèle en déposant sur votre cercueil ce que vous allez et ce que vous aviez voulu y voir, un crayon, un simple crayon, le crayon des enchantements, qu’il soit aujourd’hui celui de notre immense gratitude et celui du souvenir », a conclu le président.

« Quatre mines et demie = un livre »

Pour Jean d’Ormesson, le crayon à papier est loin d’être un symbole anecdotique. Pour écrire, l’Académicien n’utilisait en effet que cet instrument. Au magazine de la SACD qui lui demandait en avril 2012 s’il écrivait à l’ordinateur, l’écrivain avait répondu sans coquetterie : « J’ignore ce que c’est. Je ne possède pas non plus de fax et de téléphone portable. Pas de montre, rien. Je suis un dinosaure. J’écris au crayon à papier. Lorsque ma fille avait six ans, on l’a interrogé sur mes activités. Elle a répondu : "S’il écrit très vite avec un stylo, il s’agit d’un article. S’il ne fait rien avec un crayon, c’est qu’il écrit un livre". »

Au Monde, en 2016, l’auteur résumait ainsi ce « lieu commun de l’ormessonnie » :  « quatre mines et demie = un livre »