Bretagne: Après l’exposition photo, bientôt un festival de roux

SOCIETE Après avoir sillonné la région pour photographier ses semblables, Pascal Sacleux prévoit un grand rassemblement de roux le 25 août au sud de Rennes…

Jérôme Gicquel

— 

Depuis plusieurs mois, Pascal Sacleux a tiré le portrait de centaines de roux en Bretagne.
Depuis plusieurs mois, Pascal Sacleux a tiré le portrait de centaines de roux en Bretagne. — Pascal Sacleux
  • Un festival pour les roux se tiendra le 25 août à Orgères au sud de Rennes.
  • C’est Pascal Sacleux qui a eu l’idée de cet événement, qui existe déjà dans quelques pays.
  • Le photographe sillonne depuis plusieurs mois la Bretagne pour tirer le portrait de ses semblables et lutter contre les préjugés.

Un festival pour les roux avec à l’affiche des musiciens roux et uniquement des roux pour tenir les stands. Le 25 août prochain, la petite commune d’Orgères au sud de Rennes sera la capitale de la « roussitude » avec l’organisation d’un grand rassemblement de roux, comme il en existe déjà en Irlande, en Ecosse ainsi qu’à Breda aux Pays-Bas.

C’est à Pascal Sacleux que l’on doit cette idée de festival. Sans le vouloir, ce photographe est un peu devenu le porte-étendard de la cause des roux. Installé au sud de Rennes, il s’est lancé il y a plusieurs mois dans un projet pour mettre en images « la roussitude » et témoigner de leur beauté. D’abord esthétique, le projet a vite pris une dimension sociale. Car entre les moqueries et les insultes quotidiennes, il ne fait pas bon être roux en France en 2017. « C’est une forme de racisme qui perdure depuis des siècles. Beaucoup de roux ont vraiment morflé pendant l’adolescence et certains sont détruits socialement », souligne Pascal Sacleux.

Il invite les roux à se faire tirer le portrait

Parti à la rencontre de ses semblables en Bretagne, le photographe en a tiré une série de portraits, exposés au printemps à l’aéroport de Rennes. Le travail de Pascal Sacleux n’est pas passé inaperçu avec des reprises dans des journaux américains et même, honneur suprême, une invitation aux Grosses Têtes. « Les retours ont été tellement incroyables que je n’ai pas eu envie de m’arrêter », raconte-t-il.

Depuis la rentrée, le photographe a continué à sillonner la Bretagne pour tirer le portrait des personnes rousses dans la rue. Et là encore, le carton est total. « Je ne pensais pas que cela allait attirer beaucoup de monde. Pour la première à Carhaix en septembre, 70 personnes sont sorties de leur tanière », sourit-il. Un mois plus tard, ils étaient plus de 120 à Quimper et 130 le week-end dernier à Vannes. « Les gens sont contents de se retrouver. Au moins, on ne les regarde pas comme des bêtes curieuses ou des Martiens pour une fois », indique le photographe.

Une invitation envoyée à Ed Sheeran pour le festival

Depuis un an et demi, Pascal Sacleux a tiré le portrait de 527 personnes rousses dans la région, avec des modèles âgés de deux mois à 84 ans. « Et ce n’est pas fini car je reçois tous les jours des sollicitations pour aller photographier dans d’autres régions », assure-t-il. Tous ces portraits et ces témoignages recueillis feront l’objet d’un livre qui sortira en juin et dressera « un état des lieux de la condition des roux en France en 2017 ».

Véritable « gourou de la roussitude » comme le surnomment ses amis, Pascal Sacleux voit donc encore plus grand avec son projet de festival. « J’hésite encore à l’ouvrir à tout le monde car j’ai entendu des réactions horribles. Mais en tout cas, que cela plaise ou non, ce festival aura bien lieu », assure-t-il.

A neuf mois de sa tenue, Pascal Sacleux réfléchit déjà aux artistes qui seront programmés. « J’ai envoyé une invitation à Ed Sheeran sur sa page Facebook, j’attends toujours son retour ! » A défaut de la star internationale, le photographe pourra toujours se rabattre sur le groupe rennais Mr Roux. Seul hic, son chanteur Erwan Roux n’est pas roux…