Laits infantiles contaminés: Les précédents grands scandales sanitaires en Europe

CONSOMMATION Laits contaminés à la salmonelle, œufs contaminés au fipronil ou tartelettes aux matières fécales, les scandales alimentaires éclatent régulièrement…

A.-L.B.

— 

Illustration d'un étal de boucher à Paris en 2013.
Illustration d'un étal de boucher à Paris en 2013. — Jacques Brinon/AP/SIPA

Du lait infantile a été rappelé en urgence samedi soir par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Des   lots pourraient être contaminés par des salmonelles. Cet épisode est le dernier d'une série de scandales alimentaires et sanitaires qui ont frappé les pays européens, ces Etats étant parmi les plus contrôlés dans le monde. 20 Minutes dresse une liste des affaires les plus emblématiques, et dont les conséquences ont parfois été dramatiques. Les enquêtes révèlent une traçabilité des aliments à la peine dans la mondialisation des échanges, malgré les contrôles.

>> A lire aussi: Salmonelles: Rappel de lots de laits infantiles 1er âge après des cas de bébés contaminés

Eté 2017 : Les œufs contaminés à l’insecticide fipronil

Des œufs contaminés par le fipronil, un insecticide visant à éliminer des parasites de la poule, sont détectés dans près d’une vingtaine de pays en Europe. Des biscuits, des pâtes et des sauces vendus en Europe sont contaminés. Environ 250.000 œufs de consommation en France pourraient aussi avoir été contaminés. A faibles doses, le fipronil considéré comme « modérément toxique » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette contamination pourrait avoir pour origine trois sociétés, basées en Roumanie, aux Pays-Bas et en Belgique. Quelques semaines plus tard, le ministère de l’Agriculture révèle que « quelques élevages » français de poules pondeuses ont utilisé de l’amitraze, un autre insecticide interdit pour les élevages de volailles.

2013 : Des chevaux de laboratoire à la boucherie

Une enquête franco-espagnole révèle un trafic de viande de cheval de laboratoires, issus notamment de chez Sanofi, dans le sud de la France. Les animaux sont cédés pour des sommes dérisoires avant d'être revendus à des boucheries chevalines après la falsification des carnets d’abattage. 

>> A lire aussi: Bactéries, virus, parasites: Ces ennemis qui se cachent dans nos aliments

2013 : Des lasagnes à la viande de cheval

Une enquête européenne révèle que de la viande de cheval a remplacé du bœuf dans 4,5 millions de plats cuisinés sur le continent européen. La société française Spanghero est au cœur de la fraude. L’entreprise de transformation de viande a substitué l’étiquetage de la viande de cheval roumaine en viande de bœuf d’origine européenne. Selon la DGCCRF, 750 tonnes de viande ont été étiquetées frauduleusement. Findus France, via un sous-traitant, est touchée avec ses lasagnes. Si la santé des consommateurs européens n’est pas en cause, le scandale révèle la complexité des circuits d’approvisionnement en Europe.

2012 : Les tartelettes d’Ikea aux matières fécales

Les autorités sanitaires des douanes chinoises révèlent en novembre que des tartelettes vendues par Ikea contiennent des bactéries coliformes, associées en général à une contamination fécale. Le géant suédois annonce que les produits sont retirés de ses cafétérias dans 23 pays, dont la France, où 6.000 tartes possiblement contaminées ont été vendues.

>> A lire aussi: Contre la bactérie E.coli : bien cuire la viande et beaucoup d'hygiène

2011 : Des graines tueuses

Au début de l’été 2011, 47 personnes décèdent, pour la plupart allemandes, et 4.000 autres sont malades dans douze pays, dont la France. Les gastro-entérites graves sont dues à la bactérie Escherichia coli. Attribuée à tort au concombre puis aux tomates et aux salades venues de l’Espagne, l’Union européenne décide en juillet de retirer du marché les graines de fenugrec importées d’Egypte, dont un lot de 2009 serait le lien « le plus probable » entre les intoxications par la bactérie E. coli en France et en Allemagne.

>> A lire aussi: Après la viande avariée, le fromage à la listeria, voilà les oeufs bio à la dioxine en Allemagne

1999 : Le poulet belge à la dioxine

Au printemps 1999, de la dioxine, un polluant hautement cancérigène, est découverte en Belgique dans de la volaille et des œufs. La contamination provient de l’utilisation d’un lot de nourriture pour volailles contenant un taux de dioxine près de 140 fois supérieur à la limite imposée par l’OMS. Des produits sont notamment retirés en France. Plusieurs scandales liés à des contaminations de dioxine suivront dans la décennie, comme les contaminations de mozarelle de bufflonnes en Italie et de porcs en Irlande en 2008.

1996 : La « vache folle »

La « vache folle » reste l’un des scandales sanitaires les plus tristement célèbre. En 1986, des cas d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), soit la maladie de la « vache folle », sont détectés au Royaume-Uni. Les bovins sont tombés malades après avoir mangé des farines de carcasses et d’abats d’animaux atteints d’encéphalopathie spongiforme. Une transmission de l’animal à l’homme via sa consommation de viande est établie en 1996, sous la forme de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Des centaines de milliers de bovins sont alors abattues et un embargo est imposé sur le bœuf britannique. Les farines animales sont aussi interdites, avant d’être de nouveau autorisées depuis 2013 pour l’élevage de poissons. Le bilan humain s’établit à 224 décès dans le monde d’octobre 1996 à mars 2011, selon l’OMS. En France, 25 cas décès sont répertoriés, mais le nombre exact des victimes pourrait être plus élevé.

>> A lire aussi: Vache folle: Pourquoi la maladie refait son apparition en 2016?

1981 : L’huile frelatée en Espagne

De l’huile de colza contenant de l’aniline, un dérivé très toxique du benzène, est vendue sur les marchés en Espagne. Près de 1.000 morts et 25.000 personnes malades, dont 5.000 handicapées à vie, sont à déplorer. En 1992, dix chefs d’entreprise et chimistes sont condamnés à de lourdes peines.