Attac: Des militants ont occupé pendant plusieurs heures l'Apple Store Opéra à Paris

MANIFESTATION L'association milite pour que la marque à la pomme «paie sa part juste d'impôts dans les pays où elle exerce réellement ses activités»...

20 Minutes avec AFP

— 

Des militants d'Attac à Paris dans l'Apple Store Opéra le 2 décembre 2017.
Des militants d'Attac à Paris dans l'Apple Store Opéra le 2 décembre 2017. — CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
  • Des militants d'Attac ont occupé pendant plusieurs heures samedi un magasin Apple du centre de Paris.
  • Ils ont demandé que le géant américain paye les milliards d'euros d'impôts que lui réclame l'Union européenne.
  • Une trentaine de manifestations ont eu lieu en parallèle dans toute la France.

«On arrêtera quand Apple paiera». Des militants d'Attac ont occupé pendant plusieurs heures samedi un magasin Apple du centre de Paris pour demander que le géant américain paye les milliards d'euros d'impôts que lui réclame l'Union européenne.

Les militants de l'organisation altermondialiste ont quitté les lieux après avoir obtenu la promesse d'un rendez-vous avec la direction.

Une trentaine de manifestations dans toute la France

D'après une porte-parole d'Attac, Aurélie Trouvé, «100 militants d'Attac ont occupé l'Apple Store» situé place de l'Opéra à Paris de 10H30 à 14H00, pour que la marque à la pomme «paie sa part juste d'impôts dans les pays où elle exerce réellement ses activités». Une trentaine de manifestations ont eu lieu en parallèle dans toute la France.

«Nous avons eu l'engagement formel d'un responsable d'Apple que nous aurions un rendez-vous avec la direction nationale dans les quinze jours», a précisé la porte-parole à l'AFP. «Si ce rendez-vous ne devait pas avoir lieu, nous reviendrons avant Noël», a-t-elle prévenu. Personne n'était immédiatement disponible pour faire un commentaire chez Apple France.

Avantages fiscaux indus» en Irlande

La Commission européenne avait estimé en août 2016 qu'Apple avait «bénéficié d'avantages fiscaux indus» en Irlande, et ordonné à ce pays de récupérer auprès du groupe 13 milliards d'euros d'arriérés. La décision n'a toujours pas été mise en oeuvre.

La marque à la pomme a aussi fait partie des multinationales citées dans le cadre des révélations des «Paradise Papers» sur l'optimisation fiscale des multinationales et des grandes fortunes mondiales.

Lors de la sortie début novembre du dernier smartphone du groupe, l'iPhone X, Attac avait déjà organisé une manifestation pour dénoncer «10 ans d'évasion fiscale» ayant «permis (à Apple) d'accumuler plus de 230 milliards de dollars» de trésorerie.

>> A lire aussi: L'iPhone X à partir de 1.149 euros, est-ce bien raisonnable?