Fête des Lumières à Lyon: Police, armée, drone, fouilles... Quel est le dispositif de sécurité?

SECURITE Le préfet du Rhône reconduit le même dispositif de sécurité que l'hiver dernier...

Caroline Girardon

— 

1.500 policiers et gendarmes seront mobilisés sur le terrain, chaque soir pendant la fête des lumières de Lyon.
1.500 policiers et gendarmes seront mobilisés sur le terrain, chaque soir pendant la fête des lumières de Lyon. — J.P Ksiazek / AFP
  • La Fête des Lumières débute jeudi prochain et dure quatre jours.
  • Mille cinq cents personnes mobilisées chaque soir de la Fête des Lumières.

Pas de grande révolution. Le nouveau préfet du Rhône, fraîchement arrivé à Lyon, a décidé de reconduire le même dispositif de sécurité que l’an dernier lors de la Fête des Lumières qui débutera jeudi. Seuls changements : les quartiers de l’Antiquaille et la montée de la Grande Côte seront inclus cette année dans le périmètre.

>> A lire aussi : Découvrez les premières images de ce qui vous attend pour la Fête des lumières

Au total environ 1.500 personnes, chargées de veiller au grain, seront mobilisées. Dans le détail, 750 policiers nationaux seront déployés sur le terrain, ainsi que 220 policiers municipaux, 200 agents de sécurité « privés » et 160 pompiers, répartis sur l’équivalent de huit casernes. Sans oublier les soldats Sentinelle, c’est-à-dire, environ 200 militaires. « C’est un quart de plus qu’en 2016 », relève le général Pierre Chavancy, Gouverneur militaire de Lyon.

>> A lire aussi : Qui sont les soldats de l'opération Sentinelle?

Drone de l’armée et fouilles aléatoires

L’armée de l’air mettra d’ailleurs l’un de ses drones à disposition de la ville les quatre soirs de l’événement. « Cet outil permet de survoler et de surveiller un site bien plus rapidement que des caméras, avec lesquelles on saute d’une image à l’autre », note Stéphane Bouillon, le préfet du Rhône.

Les accès à la Presqu’île se feront par 41 points d’entrée et 27 de sortie. La consigne sera la même que l’an passé : montrer patte blanche, ouvrir son manteau et son sac si l’on veut accéder au périmètre. La fouille sera aléatoire. Les contrôles d’identité aussi. « Toute personne qui refuserait de se faire contrôle ou de montrer ses papiers si on lui demande se verra systématiquement, se verra interdite d’accès », prévient le Préfet.