Charente-Maritime: Le juré retrouvé mort n'aurait pas été tué

INFO «20 MINUTES» Les enquêteurs de la brigade de recherche de Jonzac (Charente-Maritime) se demandent si cet artisan de 56 ans, habitant à Floirac, ne se serait pas suicidé…

Thibaut Chevillard

— 

Une voiture de gendarmerie (illustration).
Une voiture de gendarmerie (illustration). — Konrad K. / SIPA
  • Cet homme de 56 ans a été retrouvé mort, mardi après-midi, à son domicile de Floirac.
  • La victime avait une barre de métal enfoncée dans le thorax.

La piste criminelle s’éloigne. Selon nos informations, au regard des résultats de l’autopsie de Stéphane L., réalisée mercredi, et des premiers éléments de l’enquête, les gendarmes de la brigade de recherche de Jonzac privilégient désormais la thèse d’un suicide. La thèse d’un accident n’est toutefois pas encore totalement exclue.

L’artisan de 56 ans, avait été retrouvé mort mardi après-midi à Floirac (Charente-Maritime), une tige en métale enfoncée dans le sternum. « Le rapport provisoire d’autopsie penche pour un décès qui serait consécutif à l’utilisation d’un outil artisanal, une arme artisanale anti-taupe », indique à France Bleu Nicolas Septe, le procureur de Saintes.

Charente-Maritime: Un homme retrouvé mort, une barre en métal dans le thorax

La victime, n’avait plus donné de signe de vie depuis lundi. Il avait été tiré au sort pour être juré d’assises et avait été convoqué ce jour-là au tribunal. Dans la matinée, il avait passé un coup de fil pour prévenir qu’il serait en retard « à cause d’un problème de pneu », avait indiqué mercredi à 20 Minutes une source judiciaire.

Etant également absent mardi, une enquête pour disparition inquiétante avait alors été ouverte par le parquet. Un peu plus tard, dans la journée, son fils qui habitait avec lui a découvert le corps et a appelé les secours. Sur place, les pompiers n’avaient pu que constater le décès de Stéphane L.. Des investigations supplémentaires vont avoir lieu dans les prochains jours.