Hénin-Beaumont: Privé de crèche, le maire FN contre-attaque

POLITIQUE Le tribunal administratif avait interdit l’installation d’une crèche de Noël dans le hall de la mairie…

Mikael Libert

— 

Détail de la Une du journal municipal de décembre d'Hénin-Beaumont.
Détail de la Une du journal municipal de décembre d'Hénin-Beaumont. — 20 Minutes
  • La cour d’appel a confirmé l’interdiction de la crèche à la mairie.
  • Le maire FN de la commune juge cette décision « absurde ».
  • La commune lance un concours de crèches de Noël.

Quand la porte est fermée, on entre par la fenêtre. Le 16 novembre dernier, la cour d’appel administrative de Douai avait rendu sa décision sur l'installation d’une crèche de Noël dans le hall de la mairie Front national d’Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais. Le demandeur, un élu d’opposition, avait eu gain de cause et l’interdiction prononcée par le tribunal administratif de Lille en première instance avait été confirmée en appel. Mais le maire de la ville, Steeve Briois, ne veut pas en rester là.

Séparation de l’Eglise et de l’Etat

Le tribunal administratif de Lille avait motivé sa décision en argumentant que le maire de la commune « a méconnu l'article 28 de la loi du 9 décembre 1905 » qui précise qu’il « est interdit, à l’avenir, d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit ».

>> A lire aussi : >> A lire aussi : Pourquoi la loi est aussi ambiguë sur la présence de crèches de Noël dans les bâtiments publics

Cette décision, résultant de l’action de l’élu communiste d’opposition David Noël, avait fait tout un foin, notamment sur les réseaux sociaux. Steeve Briois, lui, n’a jamais réussi à avaler la pilule. L’élu FN vient d’ailleurs de lancer sa contre-attaque sur deux fronts mais sur le même support : le journal municipal.

Concours de crèches

Dans son éditorial, le maire taxe la décision du tribunal d'« absurde, invraisemblable et abracadabrantesque ». Dans la foulée, Steeve Briois a donc lancé une pétition de soutien « pour la défense de nos traditions de Noël », avec un petit bon à remplir et à découper.

>> A lire aussi : La crèche de Noël de Béziers définitivement retoquée par le Conseil d'Etat

Plus fort encore, à défaut d’avoir son propre petit Jésus allongé à l’Hôtel de Ville, le maire l’a affiché en une du journal municipal du mois de décembre. Il a aussi lancé un concours de crèches de Noël ouvert à tous avec un prix à gagner et la publication de la photo dans le prochain numéro du journal municipal.