Notre-Dame-des-Landes: Les partisans de l'aéroport simulent un crash d'avion à Nantes

MANIFESTATION Cette action symbolique intervient quelques jours avant la fin de la mission de médiation gouvernementale sur ce projet contesté…

H. B. avec AFP

— 

Des partisans du transfert de l’aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ont simulé ce samedi matin un crash d’avion en plein cœur de Nantes.
Des partisans du transfert de l’aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ont simulé ce samedi matin un crash d’avion en plein cœur de Nantes. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD

« Survol Nantes = danger ! ». Des partisans du transfert de l’aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ont simulé ce samedi matin un crash d’avion en plein cœur de la sixième ville de France afin d’alerter « sur les dangers du survol » de l’agglomération et d’exiger à nouveau le déménagement de l’infrastructure.

Cette action symbolique, qui a réuni plusieurs centaines de personnes, jusqu’à 1.000 selon les organisateurs, devant la cathédrale Saint-Pierre, intervient quelques jours avant la fin de la mission de médiation gouvernementale sur ce projet contesté.

Sensibiliser l’opinion publique « aux risques liés à un survol de basse altitude »

Elus et riverains ont brièvement défilé derrière une grande banderole proclamant « Survol Nantes = danger ! », jusqu’au parvis de la cathédrale, où ils ont assisté au crash d’ un petit avion en polystyrène d’environ douze mètres de long. Affichant les couleurs de la Suisse, le petit aéronef de la compagnie « Air médiation » a explosé quelques minutes après son décollage, dans un bruit assourdissant de réacteurs, puis de sirènes d’ambulances, sa soixantaine de « passagers » s’écroulant par terre, leurs tenues blanches tachées de sang.

« Air médiation, c’est un petit clin d’œil à la médiation qui va se crasher. C’était une médiation pour apaiser et elle n’a pas atteint son objectif », a souligné Guillaume Dalmard, porte-parole de l’association « Des ailes pour l’Ouest », en tenue de pilote de ligne. « On veut sensibiliser l’opinion publique aux risques liés à un survol de basse altitude d’une agglomération qui compte 620.000 habitants. […] Ce n’est pas le lot que de Nantes, mais il se trouve qu’on a la chance d’avoir un Etat et des élus qui ont soutenu le déménagement de l’aéroport. Il faut aller jusqu’au bout », a déclaré Dominique Boschet, président de l’association contre le survol de l’agglomération nantaise (Acsan).

Les opposants se réunissent dimanche pour une « grande randonnée » sur la Zad

Le 14 octobre, les « riverains en colère », soutenus par les trois associations pro-transfert, avaient déjà simulé le déménagement de Nantes-Atlantique vers Notre-Dame-des-Landes. Ils appellent à une nouvelle mobilisation le 13 décembre près de l’Assemblée nationale, à Paris, pour « peser sur le président de la République », Emmanuel Macron, avant qu’il ne décide de la poursuite ou non du projet.

Les opposants au transfert se donnent quant à eux rendez-vous dimanche pour une « grande randonnée » sur la Zad, la zone d’aménagement différé dédiée au projet qu’ils ont rebaptisée « zone à défendre ».