La porcelaine de Limoges obtient le label «indication géographique protégée»

ARTISANAT Les produits estampillés « porcelaine de Limoges » devront être fabriqués exclusivement en Haute-Vienne…

20 Minutes avec agences

— 

La porcelaine de Limoges possède désormais le label « Indication géographique protégée ».
La porcelaine de Limoges possède désormais le label « Indication géographique protégée ». — DURAND FLORENCE/SIPA

La porcelaine de Limoges est désormais protégée. Elle bénéficiera d’une « Indication géographique » (IG), dont les critères imposent que les produits soient fabriqués et décorés à Limoges ou dans le département de la Haute-Vienne.

Le label sera officialisé le 1er décembre avant d’être publié au bulletin de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI). Après le siège de Liffol dans les Vosges et le granit de Bretagne, la porcelaine de Limoges est le troisième produit manufacturé à bénéficier de cette indication.

Lutter contre une concurrence déloyale

Quatre ans ont été nécessaires pour parvenir à un consensus entre les 47 membres de l’association « Indication géographique Porcelaine de Limoges » qui devient ainsi la garante du cahier des charges.

Toutes les opérations de fabrication de la porcelaine devront désormais être réalisées dans le périmètre de la Haute-Vienne. Pour les promoteurs de l’IGP, il s’agit de protéger d’abord le consommateur qui ne pourra plus être abusé par des estampilles telles que « pâte de Limoges » ou « Limoge » sans « s ». Les fabricants auront, eux, les outils juridiques pour faire condamner toute forme de concurrence déloyale, notamment à travers des filières étrangères qui pouvaient jusque-là vendre des produits à un prix jusqu’à 30 % moins cher que l’original.

>> A lire aussi : Marseille: La bataille continue pour l'obtention de l'IGP du savon

Relocaliser certains emplois

Les professionnels de la porcelaine de Limoges se réjouissent de la nouvelle. « Au sein de la profession, où cohabitent historiquement petit artisanat de luxe et mastodontes internationaux avec des filières partiellement étrangères, cela remet un peu d’équité », a salué un fabricant local. Avec cette IGP, « non seulement nous protégeons les emplois qui dépendent de la filière, mais en plus nous créons un appel d’air », se réjouit le président de l’Union des fabricants de porcelaine (UFPL), Alain Mouly, qui dit espérer la « relocalisation de certains emplois » en Haute-Vienne.

Dans le département et à Limoges, la filière de la porcelaine représente 1.200 emplois directs et 115 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit 60 % des recettes générées en France par la porcelaine de table, selon des chiffres de 2015.

>> A lire aussi : Couteau de Laguiole, savon de Marseille, porcelaine de Limoges... Les producteurs plaident la cause des Indications Géographiques