Orange Bank: Retards, problèmes de paiements... Des utilisateurs pointent des débuts laborieux

BANQUE L'établissement nie des problèmes d'ampleur...

20 Minutes avec AFP

— 

Stéphane Richard présente la banque mobile d'Orange, le 20 avril 2017.
Stéphane Richard présente la banque mobile d'Orange, le 20 avril 2017. — Eric Piermont/AFP
  • Lancée le 2 novembre, la nouvelle banque mobile Orange Bank connaît des débuts plutôt laborieux selon des utilisateurs.
  • «La banque est en période de réglages», reconnaît l'établissement.
  • Les principales organisations de consommateurs s'abstiennent de tirer toute conclusion.

Difficultés à ouvrir un compte, problèmes de paiements, service client peu joignable: lancée le 2 novembre, la nouvelle banque mobile Orange Bank connaît des débuts plutôt laborieux, assurent certains clients alors que l'établissement nie des problèmes d'ampleur.

>> A lire aussi: L’arrivée d’Orange Bank, une bonne nouvelle pour le consommateur?

«La banque est en période de réglages», reconnaît André Coisne, directeur général d'Orange Bank, admettant qu'«il a pu y avoir des clients de la première heure qui ont été en difficulté». Orange revendiquait environ 30.000 clients à la mi-novembre.

«L'inscription me pose problème»

Sébastien Beauvoir, un étudiant de 20 ans, ne cache toutefois pas sa frustration : «j'essaye d'être client OrangeBank, mais aujourd'hui l'inscription me pose problème. Je me suis inscrit dès le premier jour mais après 20 jours je n'ai toujours pas réussi à ouvrir mon compte», affirme-t-il.

Ce témoignage est loin d'être isolé. Sur les réseaux sociaux, de nombreuses réactions d'utilisateurs mécontents ont fleuri ces dernières semaines, mettant en cause pêle-mêle la lenteur du service client, des problèmes ponctuels pour payer ou le manque d'ergonomie de l'application, outre les nombreuses difficultés pour ouvrir un compte bancaire.

Orange Bank, nouvelle banque mobile du groupe télécom Orange, a été lancée le 2 novembre après plusieurs reports en raison de difficultés techniques et de critères de qualité jugés insuffisants.

Le PDG d'Orange, Stéphane Richard, avait notamment promis «une véritable rupture par rapport à ce qui existe aujourd'hui dans le secteur de la banque en France».

La banque a «quasiment à ce jour tout réglé»

André Coisne relativise toutefois les dysfonctionnements d'Orange Bank, assurant qu'elle a «quasiment à ce jour tout réglé», même si des utilisateurs joints par l'AFP subissaient toujours des blocages en milieu de semaine. André Coisne a ajouté que les difficultés à s'inscrire ne représentent que 1% des ouvertures de compte. Le dirigeant a suggéré que les mécontentements étaient amplifiés par le «prisme» des réseaux sociaux.

Contactées par l'AFP, les principales organisations de consommateurs se sont abstenues de tirer toute conclusion. 60 millions de consommateurs, magazine de l'Institut national de la consommation (INC), n'a reçu que quelques témoignages sur des dysfonctionnements.