Le conducteur qui avait foncé sur la mosquée de Créteil remis en liberté

JUSTICE Cet Arménien de 43 ans, qui avait foncé fin juin sur des fidèles de la mosquée de Créteil, est sorti d’hôpital psychiatrique et a été placé sous contrôle judiciaire…

N.Se avec AFP

— 

La mosquée de Créteil un jour après qu'un homme a tenté de foncer en 4x4 dans la foule des fidèles.
La mosquée de Créteil un jour après qu'un homme a tenté de foncer en 4x4 dans la foule des fidèles. — Benjamin CREMEL / AFP

Sa garde à vue avait dû être interrompue pour qu’il soit interné d'office. L’homme qui avait tenté de foncer avec sa voiture fin juin sur des fidèles de la mosquée de Créteil, un Arménien de 43 ans, « est sorti de l’hôpital et a été placé sous contrôle judiciaire », a expliqué le ministère public, confirmant une information du journal Le Parisien.

L’homme, qui réside depuis 12 ans en France et a déjà été hospitalisé deux fois pour schizophrénie en 2006 et 2007, devra se soumettre à plusieurs obligations : rester sur le territoire français, ne pas s’approcher à moins d’un kilomètre de la mosquée de Créteil, se faire soigner et pointer régulièrement dans un commissariat.

Le caractère « terroriste » de la tentative d’assassinat n’a pas été retenu

Il a été mis en examen vendredi pour « mise en danger de la vie d’autrui » et « dégradation volontaire du bien d’autrui », a précisé le parquet. La qualification de « tentative de meurtre en raison de l’appartenance à une religion », initialement requise par le parquet, n’a pas été retenue à son encontre. Tout comme celle de « tentative d’assassinat » à « caractère terroriste », que réclamait l’Union des associations musulmanes de Créteil, qui gère la mosquée. « Le juge d’instruction a estimé que la volonté de donner la mort n’apparaît pas dans le dossier », a expliqué le ministère public.

À bord de son 4x4, le prévenu avait percuté fin juin les barrières et traversé le terre-plein grillagé protégeant la mosquée, avant de tamponner les voitures de fidèles au sortir de la prière. Rapidement arrêté, il avait tenu des « propos confus en référence aux attentats » djihadistes qui ont touché la France depuis 2015, avait alors confié une source proche du dossier.

>> A lire aussi : Paris: Un homme armé d’un couteau et criant «Allah Akbar» interpellé devant la Grande mosquée

L’évaluation de son état mental n’est cependant pas terminée. « Il doit encore fait l’objet d’une expertise psychiatrique pour déterminer sa responsabilité pénale », a annoncé le parquet. Si elle conclut à l’abolition de son discernement, la procédure à son encontre déboucherait sur un non-lieu.