Les plaintes pour violences conjugales ont fortement augmenté en 2016

INFO 20 MINUTES Selon une étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), les femmes victimes de violence au sein du couple ont davantage porté plainte en 2016…

Thibaut Chevillard

— 

Violences faites aux femmes: illustration
Violences faites aux femmes: illustration — Rafael Ben-Ari/Cham/NEWSCOM/SIPA
  • Les plaintes déposées contre un conjoint pour coups et blessures volontaires ont augmenté de 3 % entre 2015 et 2016.
  • Celles pour viol ont bondi de 16 % sur la même période.

L’année dernière, 85.424 personnes ont déposé plainte contre leur conjoint ou leur conjointe pour coups et blessures volontaires. Un chiffre qui a augmenté de 3 % entre 2015 et 2016, indique une étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) portant sur les violences au sein du couple et qui sera publiée samedi, lors de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Selon ce document, dont 20 Minutes révèle les résultats, près de neuf victimes sur dix sont des femmes.

>> A lire aussi : Violences conjugales: Le conjoint est responsable dans un meurtre de femmes sur trois

L’étude signale par ailleurs que « sur 2.096 viols par un conjoint, 2.074 ont été commis à l’encontre des femmes ». Elles représentent 99 % des victimes en 2015 et en 2016. Le nombre de plaintes « a augmenté de 16 % entre 2015 et 2016 », soit 291 victimes de plus. Comment expliquer ces différentes hausses ? « Il y a différents facteurs : il y a peut-être une augmentation des faits. Mais il y a aussi sans doute une meilleure prise en compte des démarches des victimes par les forces de l’ordre », explique à 20 Minutes Christophe Soullez, le directeur de l’ONDRP.

« La parole des victimes se libère »

« La formation des policiers à l'accueil et à l'écoute des victime a été amélioré », remarque Christophe Soullez. Il note aussi que « depuis quelques années, la parole des victimes se libère », notamment grâce aux différentes campagnes de sensibilisation. Il explique en outre ces hausses par « le renforcement de la législation pénale visant à mieux prendre en compte les victimes et à sanctionner plus durement les auteurs »

>> A lire aussi : Violences sexuelles: Comment les victimes sont-elles prises en charge par les forces de l'ordre?

Par ailleurs, les signalements enregistrés par la main courante informatisée de la police au sein de la rubrique « différends entre époux et épouses et concubins et concubines » « ne cessent de diminuer depuis 2009 et atteignent en 2016 leur plus bas niveau avec 89.110 signalements d’usagers ou d’usagères », remarque l’ONDRP, précisant que ce chiffre baisse de 9 % entre 2016 et 2015. Pour le directeur de l’Observatoire, ces baisses sont en lien avec l’augmentation des plaintes pour violence ces dernières années.