Milipol: Un stand fermé après la découverte «d'équipements de torture illégaux» par Amnesty

INTERDICTION L'ONG a découvert des menottes électriques...

D. D.

— 

Menottes électriques, illustration.
Menottes électriques, illustration. — AP/SIPA

Un stand du salon d’équipement militaire Milipol à Villepinte (Seine-Saint-Denis) a été fermé ce mercredi à la suite de la découverte de menottes électriques par Amnesty International. Cet attirail est en effet interdit dans l’Union européenne. Il était proposé à la vente dans le catalogue d’une entreprise chinoise.

« On ne peut pas laisser ce genre de matériel en exposition chez nous »

« Le stand a été immédiatement fermé avec contrôle d’huissier et cet exposant a quitté définitivement l’enceinte du salon », a déclaré à franceinfo Muriel Kafantaris, la directrice des salons Milipol. « On ne peut pas laisser ce genre de matériel en exposition chez nous. », a-t-elle poursuivi. Le salon, qui totalise 1.010 exposants de 54 pays a pourtant un « bureau de contrôle qui patrouille toute la journée » à la recherche d’éventuels matériels interdits.

>> A lire aussi : Salon Milipol: Robots, tablettes, drones... Voici les derniers gadgets des forces de l'ordre

« Parmi les équipements illégaux présentés sur catalogue figurent des matraques à pointes, des fourches anti-émeute à pointes envoyant des décharges électriques, des gilets envoyant des décharges électriques ou encore de lourdes entraves pour les pieds » révèle le site d’information. Amnesty International rappelle de son côté que depuis 2016 l’exposition de ces objets est interdite au sein de l’UE et déplore que cette règle ne soit déjà bafouée, moins d’un an après.