Primaire de la droite: Fillon aurait donné 300.000 euros à Sarkozy, selon Stefanini

PETITS ARRANGEMENTS L’ancien président, qui peinait à boucler ses comptes de campagne, voulait éviter la même situation qu’en 2012, où ils avaient été rejetés par le Conseil constitutionnel…

20 Minutes avec AFP

— 

François Fillon et Nicolas Sarkozy
François Fillon et Nicolas Sarkozy — VALERY HACHE / AFP

François Fillon aurait donné 300.000 euros à Nicolas Sarkoy après la primaire de la droite pour la présidentielle pour lui permettre de boucler ses comptes de campagne, écrit Patrick Stefanini, dans son livre Déflagration (Robert Laffont), cité dans un article de Paris Match paru en ligne mercredi.

>> A lire aussi : Direction, finances, projet... François Fillon solde les comptes avec son microparti Force Républicaine

L’ouvrage de Patrick Stefanini, écrit en collaboration avec Carole Barjon, journaliste à L’Obs, sera en vente jeudi. L’ex-directeur de campagne de François Fillon lors de la présidentielle avait démissionné de son poste avant le premier tour, en désaccord avec le candidat empêtré dans ses affaires judiciaires.

François Fillon a puisé dans la caisse de son microparti pour aider l’ancien président

Selon Michel Gaudin, directeur de cabinet de l’ex-président qui a confirmé pour Paris Match les informations de Patrick Stefanini, le « deal » financier entre François Fillon et Nicolas Sarkozy a été scellé lors d’un déjeuner, le 25 janvier dernier, organisé à la demande de l’ex-président, dont les comptes sont dans le rouge. Sa campagne pour la primaire lui a coûté 1,3 million d’euros et son parti, LR, lui demande le remboursement de 300.000 euros.

>> A lire aussi : Affaire des écoutes: Pour le Parquet national financier, Nicolas Sarkozy et son avocat avaient des méthodes de «délinquants chevronnés»

De retour à son QG après le déjeuner, François Fillon est « guilleret », écrit Patrick Stefanini. Il décide d’accéder à la demande de Nicolas Sarkozy et de puiser dans la caisse de son microparti, Force Républicaine, enrichi des quelque 10 millions d’euros que lui a rapportés sa victoire à la primaire. L’opération est légale, la loi autorisant les micropartis à verser des subventions à d’autres partis.

Une enveloppe avec un premier chèque de 200.000 euros

Le 15 février suivant, les deux hommes se retrouvent à nouveau pour déjeuner. « Malgré le Penelopegate qui plombe la campagne depuis les révélations du Canard enchaîné du 25 janvier, la rencontre est qualifiée de «chaleureuse» », rapporte également Paris match. François Fillon remet à Nicolas Sarkozy l’enveloppe que lui a transmise Patrick Stefafini, avec, à l’intérieur, un chèque de 200.000 euros.

>> A lire aussi : Devant ses militants, François Fillon «se retire sans chercher d'excuses»

« J’en ris encore », confie Patrick Stefanini au magazine, insistant sur la « piètre image » renvoyée par l’ancien président, dont les comptes de la campagne présidentielle de 2012 avaient été rejetés par le Conseil constitutionnel. Un dernier versement de 100.000 euros a été effectué auprès de l’association de financement de Nicolas Sarkozy par Vincent Chriqui, nouveau directeur de campagne de François Fillon, après le départ de Patrick Stefanini.

Fillon savait que la presse enquêtait sur sa compagne

Dans son ouvrage, Patrick Stefanini révèle par ailleurs que l'hebdomadaire satirique avait tenté de joindre François Fillon dès la fin du mois de novembre au sujet de sa société 2F Conseil et de son patrimoine.

Ainsi, François Fillon avait confié l'actuel président LR du Sénat Gérard Larcher, avant Noël dernier être «interrogé sur l'emploi de (s)on épouse à la Revue des Deux-Mondes». 

«François Fillon savait manifestement, dès le mois de décembre, que la situation professionnelle de sa femme suscitait des questions», sans en parler à son directeur de campagne.