Banditisme: Comment les organisations criminelles géorgiennes diversifient leurs activités en France

FAITS DIVERS Spécialisés dans les cambriolages et les vols à la tire, les « Vory v Zakone » pratiquent de plus en plus des extorsions de fonds en France…

Thibaut Chevillard

— 

Un enquêteur de la police judiciaire (illustration).
Un enquêteur de la police judiciaire (illustration). — Elisa Frisullo / 20 Minutes
  • Spécialisés dans les cambriolages et les vols à la tire, les « Vory v Zakone » pratiquent de plus en plus des extorsions de fonds en France.
  • Ces organisations, qui suivent leur propre code d’honneur, « fonctionnent selon un modèle pyramidal ».
  • La semaine dernière,  37 personnes ont été interpellées en  Ile-de-France, impliquées dans des cambriolages, des vols, des extorsions de fonds, et des trafics divers. 

Ils sont reconnaissables à leurs tatouages si atypiques. Un crucifix, un corbeau, des coupoles ou bien la Vierge Marie avec un cœur. Des dessins qui ont tous une signification particulière et qui retracent la vie de ceux qui les portent. Mais avant tout, ils indiquent leur appartenance aux « Vory v Zakone » - les voleurs dans la loi -, une puissante organisation criminelle qui prend racine en ex-URSS, et implantée en Europe depuis le début des années 1990.

Quelques exemples de tatouages
Quelques exemples de tatouages - police nationale

La semaine dernière, l’Oclco a interpellé 37 Géorgiens en  Ile-de-France, impliquées dans des cambriolages, des vols, des extorsions de fonds, et des trafics divers. Les enquêteurs ont mis la main, lors des perqurisitions, sur 70.000 euros en liquide, des armes, des voitures de luxe, du matériel servant au cambriolage. Le dossier est suivi par la Jirs (juridiction interrégionale spécialisée) de Paris. Parmi ces individus, 27 ont été mis en examen : 16 ont été placés en détention provisoire et 11 sous contrôles judiciaires, indique à 20 Minutes une source judiciaire.

>> A lire aussi : Ile-de-France: Coup de filet dans la mafia géorgienne, les «Vory V Zakone», soupçonnée de centaines de cambriolages

La police judiciaire « a professionnalisé des enquêteurs » afin qu’ils puissent « comprendre le fonctionnement de ces organisations criminelles » qui frappent en France depuis environ sept ou huit ans, a indiqué le patron de l’Office central de lutte contre la criminalité organisée (Oclco), Frédéric Doidy, lors d’une conférence de presse, vendredi dernier. Les efforts des policiers se sont notamment portés ces derniers sur les groupes Géorgiens.

Modèle pyramidal

Ces organisations, qui suivent leur propre code d’honneur, « fonctionnent selon un modèle pyramidal », avait confié jeudi dernier le patron de l’OCLCO à 20 Minutes. « Les chefs, couronnés "Vor", ont des lieutenants qui ont eux-mêmes des petites mains. » Elles se sont spécialisées dans les cambriolages, les vols de véhicules, les vols à l’étalage à grande échelle, les escroqueries.

Une partie du butin est mis dans un fonds commun appelé l'« Obshak ». Il est géré par des hommes de confiance - les « Smotriarchi » - et permet de soutenir financièrement certains membres du clan en détention, de payer des avocats, et d’investir dans des biens immobiliers ou des entreprises.

Diversification de leurs activités

Les groupes géorgiens suivis par la direction centrale de la police judiciaire « ont diversifié leurs activités », remarque par ailleurs Frédéric Doidy. Ils se sont notamment lancés dans le très lucratif trafic de cigarettes, mais aussi dans les extorsions de fonds. D’autant qu’ils sont désormais capables de blanchir l’argent de leurs méfaits en créant des sociétés exclusivement dédiées à cela.

« C’est une délinquance mouvante », qui n’hésite pas à franchir les frontières pour aller frapper « en Espagne, en Italie, en Allemagne », souligne le chef de l’Oclco. Pour circuler librement en Europe, ils utilisent des faux papiers. Ce qui oblige les policiers a tisser des liens « très forts » avec leurs homologues d’autres pays mettre les membres de ces organisations sous les verrous.

>> A lire aussi : Mafia géorgienne: «Elle est plus étendue que ce qu'on soupçonnait»

En 2016, deux des principaux « Vory v Zakone » établis en France ont été interpellés en Russie et en Arménie. En fuite depuis des mois, l’organisation criminelle géorgienne qu’ils dirigeaient était implantée dans l’Est de la France. Elle avait été démantelée en 2015 par l’Oclco et était spécialisée dans les vols en séries. Une trentaine de malfaiteurs avaient été interpellés et 23 avaient été placés en détention provisoire.