Nice: La formation en management du sport en plein tourment, les étudiants s'inquiètent

UNIVERSITE L’université supprime deux masters en sport à la rentrée, à l'IAE et en Staps... 

Mathilde Frénois

— 

A la rentrée 2018, l'IAE de Nice perdra son master en management du sport.
A la rentrée 2018, l'IAE de Nice perdra son master en management du sport. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • Ces deux formations ne répondraient pas aux critères en matière d’intégration dans le monde professionnel.
  • L’université rassure ses étudiants en précisant que le Master 2 sera prolongé d’une année pour qu'ils puissent terminer leur cursus.

Pour son futur professionnel, Manon veut mettre les voiles. Cette Bretonne rêve de travailler dans l’organisation des courses au large. Pour cela, elle a changé de littoral. Originaire de Brest, elle a traversé la France pour intégrer une licence en management du sport à la fac de Nice.

Mais elle ne pourra pas poursuivre son parcours sur le bord de la Méditerranée. A la rentrée 2018, l’université clora deux cursus qu’elle envisageait de suivre : les masters qui la concernent à l’IAE et en Staps.

Taux d’insertion insuffisant

« Les deux masters ne remplissent pas les critères, explique le vice-président de l’université Stéphane Azoulay. Il est important que chaque formation soit adossée à un laboratoire de recherche, avec un personnel et un taux d’insertion satisfaisant. Ce n’est pas le cas. »

Une décision qu’ont « du mal à comprendre » les étudiants de l’IAE. « Il y a beaucoup de structures sportives entre Monaco et Cannes. Et la France va accueillir des événements majeurs en sport. Il y a des débouchés, pointe Joseph Dumoulin, président de l’association des étudiants de l’IAE. Notre master va fermer alors que d’anciens étudiants sont embauchés dans de grandes instances. Ils ont intégré la fédération internationale d’athlétisme, l’Automobile club de Monaco ou encore l’ OGC Nice. »

« On ne coupe pas les parcours pédagogiques »

Manon avait tracé son parcours professionnel en fonction de ce master. « L’alternative, c’est d’aller à Toulouse ou Lyon pour trouver la même formation. Ou bien de rester à Nice mais d’intégrer une école privée, ce n’est pas le même budget », s’inquiète-t-elle.

« On ne coupe pas les étudiants en plein parcours pédagogique, rassure Stéphane Azoulay. Pour ceux qui sont déjà engagés dans ce master, le M2 correspondant ouvrira. » La semaine prochaine, le personnel de l’université recevra les responsables étudiants. Pour faire en sorte que leur avenir scolaire ne ressemble pas à un parcours du combattant.