Evasion fiscale: 17 personnes plaident coupable, dont l'ex-élue écologiste Florence Lamblin

JUSTICE Ce vaste réseau franco-suisse de blanchiment d’argent de la drogue avait été démantelé en 2012...

20 Minutes avec AFP
— 
Billets de banque (illustration)
Billets de banque (illustration) — JAUBERT/SIPA

Dix-sept personnes, dont l’ancienne élue écologiste Florence Lamblin, ont plaidé coupable dans une enquête sur un vaste réseau franco-suisse de blanchiment d’argent de la drogue démantelé en 2012, a-t-on appris lundi de source proche de l’enquête.

Au cœur de cette affaire, baptisée opération « Virus » par les enquêteurs, les frères El Maleh, des financiers d’origine marocaine implantés à Paris et à Genève, « véritables professionnels de l’ingénierie financière », accusés d’avoir monté un vaste système pour blanchir plusieurs millions d’euros provenant du trafic de cannabis.

Le système était parfaitement rodé : des « cols blancs » français, détenteurs de comptes cachés en Suisse, souhaitaient rapatrier discrètement leur argent en France. Un des frères El Maleh leur remettait en main propre à Paris des enveloppes contenant des espèces provenant du trafic de drogue. Un autre, travaillant chez HSBC en Suisse, débitait leur compte du même montant et transférait cet argent, via des sociétés-écrans, sur des comptes à l’étranger à destination des trafiquants de drogue.

Des amendes pouvant aller jusqu’à 500.000 euros

Parmi les « cols blancs », des chefs d’entreprise, des professions libérales et Florence Lamblin, maire adjointe EELV du 13e arrondissement de Paris. L’élue avait ainsi rapatrié environ 380.000 euros issus d’un héritage familial placé en Suisse, d’après une source proche du dossier. Mise en examen en octobre 2012 et placée sous contrôle judiciaire, elle avait démissionné de son mandat.

Hormis Florence Lamblin, 16 autres personnes avaient accepté de plaider coupable pour blanchiment de fraude fiscale. Les peines proposées dans le cadre de cette procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) ont été homologuées ce lundi par le tribunal, a indiqué une source judiciaire, confirmant une information du magazine Challenges.

« Ces personnes devront pour certaines s’acquitter d’amendes pouvant aller jusqu’à 500.000 euros. Pour d’autres, les biens saisis lors de l’enquête ont fait l’objet d’une confiscation », a ajouté cette source.

Quarante autres protagonistes restent mis en examen

« Ma cliente n’a bien évidemment jamais su que les fonds litigieux provenaient du trafic de stupéfiants », a relevé son avocat Jean-Marc Fédida. « Dès l’origine de l’affaire, elle a immédiatement régularisé l’intégralité de sa situation fiscale et ce plaider-coupable est un épilogue judiciaire cohérent avec cette démarche de régularisation », a-t-il ajouté.

Les cas des 17 personnes avaient été disjoints de l’enquête en juin. Quarante autres protagonistes restent mis en examen, dont Meyer, Mardoché et Nessim El Maleh. Les juges ont notifié la fin de leurs investigations et il revient désormais au parquet de prendre ses réquisitions avant leur éventuel renvoi en procès.