Affaire Ramadan: Caroline Fourest a été entendue par les enquêteurs

ENQUETE La journaliste et essayiste dit avoir été « enfin entendue » par les enquêteurs, « à la demande de la seconde plaignante ». L’audition s’est déroulée ce lundi...

20 Minutes avec AFP

— 

La journaliste Caroline Fourest
La journaliste Caroline Fourest — BALTEL/SIPA

L’essayiste Caroline Fourest a annoncé ce lundi avoir été entendue par les enquêteurs dans le cadre de l’affaire Tariq Ramadan. La journaliste a précisé leur avoir remis de nombreux documents confortant le récit d’une des femmes ayant porté plainte pour viol.

Dans un message publié sur son compte Facebook, la journaliste et essayiste dit avoir été « enfin entendue » par les enquêteurs, « à la demande de la seconde plaignante ». L’audition s’est déroulée ce lundi, a-t-elle précisé à l’AFP.

Caroline Fourest alertée dès 2009 par trois femmes 

L’islamologue suisse Tariq Ramadan est visé par deux plaintes pour viol en France, l’un émanant d’une ex-salafiste devenue militante féministe et laïque qui a déposé une plainte en octobre. Une seconde plainte a été déposée fin octobre et jointe à l’enquête préliminaire ouverte à Paris pour «viol, agression sexuelle, violences et menaces de mort». Cette seconde plaignante accuse Tariq Ramadan de l’avoir violée dans un hôtel à Lyon.

>> A lire aussi : La plaignante qui accuse l'islamologue entendue par la justice

« J’ai pu verser au dossier de nombreux SMS, mails et captures d’écran confirmant que son récit n’avait pas varié depuis 2009. Et que d’autres femmes ont parlé sur des blogs avant qu’ils ne soient hackés ou fermés », a ajouté la journaliste sur Facebook.

L’essayiste, qui avait consacré un livre à charge au Frère Tariq dès 2004, avait déjà affirmé fin octobre avoir été alertée dès 2009 par trois femmes, victimes, selon elle, de « sévices particulièrement violents, traumatisants et dégradants » de ce « gourou ».

L’islamologue et théologien controversé, populaire dans les milieux musulmans conservateurs, conteste les accusations, se disant victime d’une « campagne de calomnie ».

>> A lire aussi : L'islamologue publie une conversation avec l'une de ses accusatrices