Sarcelles: Un policier tue trois personnes avant de se suicider

SARCELLES Un différend avec sa petite amie serait à l'origine du drame...

20 Minutes avec AFP

— 

Un policier en uniforme. Illustration.
Un policier en uniforme. Illustration. — Francois Mori/AP/SIPA

Edit : Cet article a été modifié le 19 novembre. En effet, la dépêche AFP initiale faisait un lien entre cette affaire de meurtres et blessures volontaires et la hausse des suicides dans les rangs des forces de l'ordre, lien qui n'est pas établi même si le policier concerné s'est ensuite suicidé. Par ailleurs, nous avons ajouté une précision de Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, sur l'armement des policiers hors service

Un policier de 31 ans a tué samedi en début de soirée à Sarcelles (Val-d’Oise) trois personnes avec son arme de service et en a blessé trois autres avant de se suicider, a-t-on appris de source policière, confirmant une information du Parisien.

D’après les premiers éléments de l’enquête, ce fonctionnaire de police en poste à Paris a tué trois personnes, dont son beau-père, et blessé sa belle-mère, sa compagne et la sœur de cette dernière avant de retourner l’arme contre lui, a rapporté la source policière. Le procureur de la République de Pontoise s’est rendu sur place.

Deux des victimes « n’avaient aucun lien » avec le policier

Le drame s’est produit vers 20h45 dans le vieux Sarcelles, à environ 300 mètres de la mairie de cette commune située au nord de Paris. L’homme a d’abord tué deux personnes qui se trouvaient « sur la voie publique », selon la source policière. « Ce sont des gens du voisinage, je les connais bien car j’ai habité dix ans dans cette rue, ils n’avaient aucun lien » avec le policier, a affirmé le maire de Sarcelles François Pupponi, présent sur place, joint par l’AFP.

Selon l’élu, le policier a ensuite tiré sur sa petite amie qui lui aurait annoncé peu de temps auparavant son intention de rompre. Grièvement blessée au visage, elle se trouvait dans une voiture stationnée devant un pavillon.

Selon une source policière, le fonctionnaire est entré dans le pavillon où habite la famille de sa petite amie, a tué le père de celle-ci avant de blesser grièvement la mère et la sœur de la jeune femme, dans le jardin. Le gardien de la paix a été retrouvé mort dans le jardin.

Interrogé dimanche sur la question de l'usage des armes hors service, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a déclaré «Les policiers resteront armés, il n'y a pas de problème», lors de l'émission Questions politiques (Franceinfo, France Inter, Le Monde). Il a également souligné la difficulté de répondre à des exigences «contradictoires», entre crainte de dérapage individuel d'un policier qui «déraille» et demande de protection accrue dans les transports par exemple.