Hauts-de-Seine: Un couple jugé pour «esclavage moderne»

JUSTICE Privée de passeport, la jeune Indonésienne ne recevait qu’un salaire mensuel de 250 euros...

H. B.

— 

Illustration justice.
Illustration justice. — M.LIBERT/20 MINUTES

Ménages, rangements, garde d’enfants… Les journées de travail d’Aih, une Indonésienne employée par un couple de Garches (Hauts-de-Seine), ne finissaient jamais avant 23 heures. La jeune femme a raconté jeudi ses difficiles conditions de travail devant le tribunal correctionnel de Nanterre, où étaient jugés ses anciens patrons pour « traite d’être humain », rapporte Le Parisien.

Privée de passeport, la jeune Indonésienne qui travaillait sans relâche ne recevait qu’un salaire mensuel de 250 euros.

Elle dormait « au pied du lit d’un enfant »

« Tous les soirs, elle dépliait un matelas de 3,5 cm d’épaisseur pour dormir au pied du lit d’un enfant », a raconté à l’audience l’avocat de la jeune femme. « Pas d’intimité, aucune indépendance. Sa patronne avait son passeport… elle était exploitée », a ajouté la procureure.

>> A lire aussi : L'esclavage moderne, ça peut se passer près de chez vous

« Elle ne travaillait pas jusqu’à 23 heures. Je faisais quasiment tout à la maison. Elle me donnait de l’aide. Et je ne l’engueulais pas », a clamé à la barre la prévenue, qui comparaissait aux côtés de son conjoint.

La procureure a demandé deux ans de prison dont un avec sursis pour chaque prévenu. Le jugement sera rendu le 18 janvier.