«Souvenez-vous de l'enfant que vous étiez», Nagui «supplie» l'exécutif de ne pas fixer l'âge du consentement sexuel à 13 ans

LOI Sur Twitter, Nagui « supplie » les membres du gouvernement de ne pas fixer l'âge du consentement sexuel à 13 ans...

20 Minutes avec agence

— 

Nagui dans «Taratata 100% Live».
Nagui dans «Taratata 100% Live». — David Niviere /FTV

Dans un tweet posté ce jeudi, Nagui interpelle les membres du gouvernement pour éviter que l’âge minimum de consentement à une relation sexuelle soit fixé à 13 ans.

La loi fixe déjà à 15 ans la majorité sexuelle. Le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes préconise également d’instaurer un âge, par exemple 13 ans, « en dessous duquel un enfant est présumé ne pas avoir consenti à une relation sexuelle avec un majeur ».

>> A lire aussi : Michel Sardou est choqué à l'idée que l'âge du consentement sexuel soit fixé à 13 ans

« Souve­nez-vous de l’enfant que vous étiez »

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, comme la secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlene Schiappa, ont récemment évoqué cette possibilité. L’éventualité choque l’animateur, qui estime cet âge limite trop jeune.

« Il est absurde d’imagi­ner qu’à 13 ans on puisse être consen­tant ou dire non à un agres­seur Et vous à 13 ans ? Nicole Bellou­bet et vous Marlene Schiappa à 13 ans ? Souve­nez-vous de l’enfant que vous étiez, s’il vous plaît. Je vous en supplie », a ainsi tweeté Nagui.

Il a conclu son message d’un « Coucou Andrea Bescond », clin d’œil à la lauréate d’un Molière 2016 pour Les Chatouilles (ou la danse de la colère). L’artiste y abordait le thème de la pédophilie, dont elle a été victime.

« 13 ans est une borne envisageable » déclare Nicole Belloubet

Marlène Sciappa a récemment déclaré au sujet du projet de loi sur lequel elle travaille : « Au-dessous d’un certain âge, on considérerait qu’il ne peut pas y avoir débat, jamais, sur le consentement sexuel d’un enfant, et que tout enfant au-dessous d’un certain âge serait d’office considéré comme violé ou agressé sexuellement », avant de préciser que cet âge pourrait se trouver « entre 13 et 15 ans ».

Quant à Nicole Belloubet, elle a estimé ce lundi que « 13 ans est une borne envisageable » : « Il faut que le juge soit aussi en capacité d’apprécier des situations individuelles, mais l’âge de 13 ans pourrait être retenu. »