Attentats du 13-Novembre: Le fils d'une des victimes refuse de saluer Emmanuel Macron

COMMEMORATION Michael Dias reproche au locataire de l’Elysée sa position envers les victimes...

C. Ape.

— 

Des passants rendent hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 devant le Bataclan
Des passants rendent hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 devant le Bataclan — LEWIS JOLY/SIPA

Michael Dias, fils de Manuel Dias, première victime des attentats du 13 novembre 2015 décédée au Stade de France, ne se rendra pas aux commémorations organisées par l’Elysée ce lundi. Dans une tribune publiée sur le site du HuffPost, le jeune homme explique pourquoi il refuse de s’y rendre et de serrer la main du chef de l’Etat, Emmanuel Macron.

>> A lire aussi : Deux ans après, où en est l'enquête ?

Macron agit envers les victimes « d’une façon tout simplement méprisante »

Michael Dias reproche au locataire de l’Elysée sa position envers les victimes. « Le président de la République agit envers les victimes du terrorisme comme avec les plus défavorisés de notre pays, d’une façon tout simplement méprisante et inacceptable », écrit-il.

Il estime par ailleurs que « le Président Macron s’est efforcé depuis son élection de faire oublier les victimes, en supprimant tout d’abord le Secrétariat d’Etat qui leur était dédié. Puis récemment en réduisant les aides à certaines catégories de victimes, relativisant ainsi une fois de plus la souffrance et les multiples préjudices subis ».

>> A lire aussi : Les figures de l’ombre, priorité des investigations

Plus loin, Michael Dias dénonce le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, placé « sous le signe de la stigmatisation des plus précaires ».