Congé paternité: Quel pays européen propose la durée la plus longue?

CARTE Les pays de la zone euro accordent en moyenne 1,4 semaine de congé paternité...

Nicolas Raffin

— 

Un bébé dans son berceau (Illustration).
Un bébé dans son berceau (Illustration). — Catherine Delahaye/SIPA
  • Le congé paternité peut atteindre plusieurs semaines dans l'UE. 
  • Les pays nordiques offrent des congés parentaux avec des conditions avantageuses pour les pères. 
  • La Commission européenne propose une durée minimale de congé paternité, fixée à 10 jours. 

Mieux vaut devenir papa au Portugal qu’en Allemagne… si on veut profiter d’un long congé paternité. Le sujet est revenu dans l’actualité la semaine dernière, avec une pétition demandant l’extension de ce congé, fixé pour l’instant à 11 jours en France.

>> A lire aussi: «On doit prolonger le congé de paternité pour créer un lien avec l'enfant et soulager la maman» 

« Onze jours ne suffisent pas »

Si les signataires rappellent que « onze jours ne suffisent pas pour qu’il y ait une vraie rencontre entre le nourrisson et son père », l’Hexagone ne fait pourtant pas partie des pays les plus à la traîne, comme le montre notre carte :

Les congés paternité en Europe.
Les congés paternité en Europe. - Etude CAF 2017

D’après un rapport de la CAF publié en mai dernier, les pays de la zone euro accordent en moyenne 1,4 semaine de congé paternité, à prendre dans les mois suivant la naissance de l’enfant, à la différence du congé parental.

Ce dernier se distingue du congé paternité par le fait qu’il peut être pris des années après la naissance - jusqu’au 3e anniversaire de l’enfant en France - aussi bien par le père que par la mère. Il est également bien plus long… et souvent moins bien rémunéré.

Dans le domaine du congé paternité, les Etats les plus généreux sont le Portugal (5 semaines de congé) et… la Lituanie (4 semaines). A l’inverse, des pays comme l’Allemagne, la Suisse (hors zone euro) ou encore l’Irlande ne proposent pas de congé paternité spécifique.

>> Lire aussi : « Le modèle de la paternité idéale a profondément changé »

En revanche, les pays nordiques se distinguent par des congés parentaux particulièrement longs. En Suède, il est de 480 jours, dont 60 sont réservés aux pères. En Norvège, ils ont droit à 14 semaines de congés après la naissance de l’enfant, et continuent de percevoir leur salaire pendant cette période.

Un congé de 10 jours pour les pères dans l’UE ?

Une harmonisation du congé paternité est-elle possible ? En avril 2017, la Commission européenne a dévoilé un projet de directive baptisée « équilibre en vie professionnelle et vie privée ». Le document propose que tous les Etats-membres accordent au moins 10 jours aux nouveaux pères.

En France, environ 70 % des pères exercent ce droit, selon une étude de la Drees publiée en 2016. En revanche, « si près de trois pères sur quatre prennent un congé de paternité pour un premier enfant, ils ne sont plus que deux tiers à l’avoir pris à partir du troisième enfant » note l’étude. Cela s’explique par le fait que le plus les salariés sont âgés (+40 ans), moins ils ont recours à ce congé.

Pour la Commission européenne « Introduire le droit au congé de paternité [dans tous les pays de l’UE] devrait (…) inciter les hommes à assumer une part plus égale des responsabilités familiales ». En effet, les inégalités professionnelles liées à la naissance handicapent souvent les femmes : en France, les pères ne représentent aujourd’hui que 3,5 % des utilisateurs de congés parentaux.

>> A lire aussi: Allongement du congé paternité: « Je ne sais pas comment j'aurais fait si le papa n'avait pas été là »

« Une forme de progrès social »

Pour Jérôme Ballarin, président de l’Observatoire de l’équilibre des temps et de la parentalité en Entreprise (OPE) ce combat européen représente « un modèle presque civilisationnel. L’être humain trouve son épanouissement dans le travail, mais aussi dans la famille ou les loisirs. Vouloir un congé paternité pour tous les pères en Europe, c’est une forme de progrès social ».

Entre outre, selon ce spécialiste, les entreprises ont tout intérêt à encourager leurs salariés à prendre ce congé: « C’est dans leur intérêt de favoriser le bien être de leurs collaborateurs, argumente-t-il. C'est bénéfique pour la motivation du père, et ça peut aussi renforcer l'attractivité des entreprises. D'ailleurs, elles sont de plus en plus nombreuses à compenser la perte de salaire liée aux 11 jours d'absence ».