Montauban: Un an de prison ferme contre le sénateur Yvon Collin, poursuivi pour trafic d'influence

JUSTICE L’homme était poursuivi pour avoir perçu 40.000 euros afin de financer une campagne électorale…

C.G. avec AFP

— 

Le sénateur du Tarn-et-Garonne, Yvon Collin.
Le sénateur du Tarn-et-Garonne, Yvon Collin. — Rémy Gabalda

La sentence est tombée. Le sénateur du Tarn-et-Garonne Yvon Collin (ex-PRG) a été condamné vendredi à deux ans de prison, dont un avec sursis, dans une affaire de trafic d’influence dépaysée devant le tribunal correctionnel de Lyon.

L’élu de 73 ans, qui siège dans le groupe RDSE au Sénat, a écopé également d’une amende de 50.000 euros et d’une interdiction, pendant trois ans, d’exercer une fonction publique.

>> A lire aussi : Le sénateur centriste Yvon Collin mis en examen pour trafic d'influence

Un « deal » non honoré

Le tribunal a aussi ordonné la confiscation d’une somme de 40.000 euros que la justice reprochait au sénateur d’avoir perçu pour financer une campagne électorale en 2010. Le procureur général avait requis deux ans de prison ferme.

Yvon Collin était tombé pour un « deal » non honoré. Un habitant du Tarn-et-Garonne Jean-Pierre Gonzatti, qui fréquente la même loge maçonnique que lui, avait affirmé en 2012 qu’il avait versé 40.000 euros au sénateur pour l’aider à financer sa campagne électorale. En échange d’un emploi pour son neveu. L’élu aurait bien touché l’argent mais n’aurait jamais embauché le jeune homme.

L’homme mécontent, avait envoyé un courrier à plusieurs personnalités du département. L’un des destinataires avait alors fait un signalement à la justice.