Violences sexuelles: Lienemann veut redéfinir la barrière entre séduction et harcèlement

DEBAT « Les femmes, même celles qui disent avoir subi du harcèlement, ne mettent pas tout à fait la barrière au même endroit », selon la sénatrice de Paris…

D. D.

— 

La sénatrice socialiste Marie-Noëlle Lienemann lors du 77ème congrés du Parti socialiste à Poitiers le 6 juin 2015
La sénatrice socialiste Marie-Noëlle Lienemann lors du 77ème congrés du Parti socialiste à Poitiers le 6 juin 2015 — MEHDI FEDOUACH AFP

Les scandales de harcèlements sexuels, agressions sexuelles et viols se succèdent, que ce soit dans le monde politique ou du cinéma. Et parfois, la notion de frontière entre harcèlement et séduction peut être floue. 

>> A lire aussi : Harcèlement : Ce dimanche, #MeToo descend dans la rue de 11 villes de France

C’est en tout cas ce que pense la sénatrice de Paris Marie-Noëlle Lienemann. Elle était interrogée par nos confrères de RFI sur la question de savoir si les femmes mettaient le curseur du harcèlement au même endroit selon l’âge qu’elles ont. Négatif selon la femme politique : « Il semble que les femmes, même celles qui disent avoir subi du harcèlement, ne mettent pas tout à fait la barrière au même endroit. »

Pas de nuance entre séduction et harcèlement

Elle poursuit : « C’est pour ça qu’il est très important de redéfinir un peu culturellement le cadre des rapports de séduction et d’armer les filles et les femmes à agir tôt, vite et se sentir fortes et soutenues par la société. »

Comme le rappelle le Lab d'Europe 1, un tel curseur est pour l'instant difficile à déterminer. En France; il n'existe pas juridiquement de gradation entre séduction et harcèlement, l'un étant consenti et l'autre non.