Police de sécurité du quotidien: Comment va se dérouler la «grande concertation» lancée par le ministre de l'Intérieur?

POLICE C'est «un projet de société», «son véritable but est de construire dans notre pays une société réconciliée, une société rassemblée, une société apaisée», selon le ministre de l'Intérieur...

20 Minutes avec AFP
— 
Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur
Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur — PDN/SIPA
  • Le ministre de l'Intérieur a lancé samedi la «grande concertation» sur la police de sécurité du quotidien.
  • La consultation s'achèvera le 20 décembre et la conclusion sera livrée dans les cinq jours.
  • Les premières expérimentations se dérouleront «dès janvier 2018».

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a lancé samedi depuis La Rochelle la «grande concertation» sur la police de sécurité du quotidien (PSQ), «police sur-mesure», l'un des grands chantiers sécuritaires d' Emmanuel Macron, dont les premières expérimentations sont annoncées en janvier 2018. C'est «un projet de société», «son véritable but est de construire dans notre pays une société réconciliée, une société rassemblée, une société apaisée», a lancé le ministre de l'Intérieur lors de son discours.

Conclusion pour la fin décembre

Il a énuméré les grands axes du projet que l'exécutif s'est employé à préciser ces derniers mois. La concertation avait été annoncée pour lundi dernier par Emmanuel Macron lors de son discours sur la sécurité à l'Elysée après avoir été initialement prévue en septembre. La consultation s'achèvera le 20 décembre, la conclusion sera livrée «dans les cinq jours» afin que les premières expérimentations se déroulent «dès janvier 2018», a dit le ministre.

La concertation se fera à trois niveaux. Le premier sera celui des 250.000 policiers et gendarmes à qui seront envoyés des questionnaires. Le deuxième niveau sera local avec des réunions organisées par les préfets qui accueilleront les policiers et gendarmes, les élus locaux, les «autres acteurs de la sécurité» et des transports, les représentants de l'autorité judiciaire et des experts.

Enfin, au niveau national, le ministère consultera les organisations syndicales, le conseil de la fonction militaire de la gendarmerie, des organisations syndicales de policiers municipaux, des professionnels de la sécurité privée, des entreprises de transport collectif et des associations d'élus.

«Plus connectée»

La PSQ sera une «police sur-mesure» avec la «déconcentration de certaines décisions» et une «association plus étroite des maires», a dit Gérard Collomb. Ce sera une police «mieux équipée» et «plus connectée» avec 30.000 véhicules qui seront livrés d'ici cinq ans, 60.000 gilets pare-balle d'ici fin 2018 et 115.000 tablettes numériques.

Le ministre souhaite une «police plus partenariale» avec «davantage de coopération avec les élus, la justice, la police municipale, les associations, les sécurités privées ou encore les services sociaux». Enfin, la police de sécurité du quotidien sera une «police recentrée sur ses missions» avec une réforme de la procédure pénale.

«J'ai volontairement évoqué ces questions sans aborder la problématique des effectifs», a dit dans son discours le ministre de l'Intérieur, expliquant que «le défi (..) n'est pas seulement quantitatif mais surtout qualitatif». Il a rappelé que 10.000 postes de policiers et gendarmes seraient créés durant le quinquennat, dont 1.850 dès 2018.

A l'issue de la «grande concertation», la PSQ doit être expérimentée dans une quinzaine de sites début 2018. Une trentaine de villes se sont portées candidates: Lille, Lens, Roubaix, Toulouse ou encore Aulnay-sous-Bois marquée par «l'affaire Théo», affaire du viol présumé à la matraque d'un jeune lors de son interpellation.

Pas «de retour de la police de proximité»

Promesse de campagne du candidat Emmanuel Macron, le projet est né dans le contexte brûlant du mouvement de mécontentement des policiers qui étaient descendus dans la rue après l'attaque au cocktail Molotov à Viry-Châtillon (Essonne) et de «l'affaire Théo».

La PSQ ne sera pas «le retour de la police de proximité» instaurée par Lionel Jospin puis supprimée par Nicolas Sarkozy avait dit à l'Elysée Emmanuel Macron devant 500 policiers et gendarmes. Son rôle ne sera pas de «jouer au foot avec les jeunes», avait-il ajouté. L'argument avait été déjà utilisé par Nicolas Sarkozy quand il avait mis fin à la police de proximité, à partir de 2002.

«Il nous dit que ce n'est pas le retour de la police de proximité d'il y a vingt ans. OK. Mais alors c'est quoi en vrai ? Je suis incapable de vous le dire après avoir écouté Emmanuel Macron. Il ouvre une consultation, une concertation. En réalité, il n'en sait rien», avait réagi Guillaume Larrivé (Les Républicains).