Harcèlement de rue: Un numéro à donner pour «se débarrasser des mecs insistants»

CONSENTEMENT Le projet, lancé aujourd’hui, a été réalisé «en une heure ce vendredi après-midi»

Manon Aublanc

— 

Le gouvernement a déjà lancé une campagne pour lutter contre le harcèlement des femmes dans les transports, avec des mots crus mais illustrant une réalité devenue banale bien qu'intolérable.
Le gouvernement a déjà lancé une campagne pour lutter contre le harcèlement des femmes dans les transports, avec des mots crus mais illustrant une réalité devenue banale bien qu'intolérable. — Lionel Bonaventure AFP

« Hé Mademoiselle, t’a pas un numéro ? » Quelle fille n’a jamais eu affaire à ces hommes dans la rue ou dans un bar, parfois lourd, pressant voire beaucoup trop insistant ? La solution est trouvée : lui donner le numéro 06 44 64 90 21.

>> A lire aussi : Paye Ta Shnek explique avec un tableau la différence entre drague et harcèlement sexuel

L’homme en question recevra alors un SMS pour lui rappeler (gentiment) la notion de consentement. Cette application a été imaginée ce vendredi par deux militants féministes : « Si on est dans la rue, dans un bar et qu’il y a un mec relou, pas dangereux mais qui est quand même insistant, et qu’on n’a pas envie de rentrer dans des explications sur le consentement, l’idée c’est qu’on lui donne ce numéro pour s’en débarrasser », a expliqué à franceinfo Clara Gonzales, l’une des militantes à l’origine de ce projet, réalisé « en une heure ce vendredi après-midi ».

« Non c’est non… le consentement n’est pas optionnel »

La jeune femme de 26 ans, s’est inspiré de The Mary Sue, un site Web américain qui parle de féminisme. Créer avec l’aide de l’entrepreneur et militant Elliot Lepers, cette application servira essentiellement à faire de la « pédagogie collective », expliquer que « non c’est non » et que « le consentement n’est pas optionnel ».

>> A lire aussi : Marlène Schiappa annonce la future verbalisation du harcèlement de rue

Dans les faits, si l’homme à qui vous avez donné ce numéro de téléphone vous envoie un SMS, il recevra automatiquement le message suivant, une heure après : « Si vous lisez ce message, c’est que vous avez mis une femme mal à l’aise. Avec vous, elle ne s’est pas sentie en sécurité. Ce n’est pas très compliqué : si une femme vous dit « non », inutile d’insister. Apprenez à respecter la liberté des femmes et leurs décisions. »

>> A lire aussi : La verbalisation du harcèlement de rue, une mission impossible?

Un SMS qui devrait éviter aux femmes « qu’il soit encore dans les parages » explique Clara Gonzales, qui préférerait que « ce numéro n’ait pas à exister »